Le militaire français photographié au Mali, le visage recouvert d’un foulard représentant une tête de mort, aurait été sanctionné par sa hiérarchie et rapatrié en France.

La photo avait suscité nombre de réactions outragées.  Le militaire qui se cachait derrière en a fait les frais. Le 20 janvier dernier, un soldat français envoyé au Mali pour lutter contre les combattants islamistes a en effet été photographié en uniforme, son arme à la main et le visage recouvert d’un foulard représentant une tête de mort. Et alors que le cliché de cette scène a ensuite fait le tour du web, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer une attitude choquante. Après avoir démasqué qui se cachait derrière ce bout de tissu, l’armée française a, quant à elle, associé cette mise en scène à "un comportement qui n’est pas acceptable". Elle a par ailleurs indiqué qu’une sanction serait prise à l’encontre de ce légionnaire du 1er Régiment étranger de cavalerie d’Orange.

Il voulait simplement se protéger le visageD’après une information d’Europe 1 confirmant le blog spécialisé Le Mamouth et Midi Libre, le militaire aurait été puni de 40 d’arrêt et rapatrié en France. La sanction aurait été prise par l’Etat major des armées. De son côté, le photographe de l’Agence France Presse (AFP) qui est à l’origine du cliché est revenu sur les circonstances dans lesquelles il a été pris. "Sur le moment je n’ai pas trouvé la scène particulièrement extraordinaire, ni choquant", a-t-il ainsi justifié sur le site de l’Agence avant d’assurer : "Le soldat ne posait pas. Il n’y a eu aucune mise en scène dans cette image. Le gars ne faisait que se tenir là, en se protégeant le visage de la poussière, en attendant qu’un hélicoptère se pose". Le bandana aurait par ailleurs été acheté sur le bord d’une route au Mali.

Publicité
Visiblement en désaccord avec la décision prise par sa hiérarchie, un légionnaire a estimé dans les colonnes de Midi Libre : "Il n’y a pas eu mort d’homme, un blâme aurait été suffisant".

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :