L’ex-otage détenu au Nigéria, Francis Collomp, est arrivé sur le sol français, ce lundi matin, aux alentours de 6h10 à l’aéroport militaire de Villacoublay (Yvelines), près de Paris. Sa libération avait été annoncée ce dimanche par le chef de l’Etat.

© AFP

Francis Collomp, ingénieur français de 63 ans, était retenu depuis près d’un an au Nigéria par le groupe islamiste Ansaru. L’ex-otage est arrivé ce matin en France souriant mais amaigri. Il se serait évadé ce samedi du Nigéria.

Souriant et très amaigri

Francis Collomp est descendu de l’avion, vêtu d’un pardessus bleu et d’une chemise à carreaux, souriant et amaigri sur le tarmac de l’aéroport de Villacoublay (Yvelines). Il était accompagné du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Six de ses proches l’attendaient ainsi que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. François Hollande, en déplacement en Israël, ne pouvait pas l’accueillir.

L’ex-otage, qui a perdu 40 kilos pendant ses onze mois de captivité, est arrivé en forme selon ses proches. Son état de santé n’est pas préoccupant. Pour son retour en France, Francis Collomp devra faire une première visite à l’hôpital du Val-de-Grâce où il subira des tests médicaux. Un débriefing avec les services secrets français sera également au rendez-vous.

Une évasion encore confuse

Francis Collomp a été pris en otage en décembre dernier dans le nord du Nigeria, par le groupe Ansaru, un groupe islamiste proche de Boko Haram, notamment à cause de l’intervention française au Mali. Il se serait échappé samedi de la cellule où il était détenu par ses ravisseurs. Les circonstances exactes de son évasion sont cependant encore floues.

Publicité
La semaine dernière, un prêtre français, Georges Vandenbeusch a été enlevé au Cameroun et probablement emmené au Nigéria. Cet enlèvement a été revendiqué par la secte islamiste Boko Haram.

Publicité