Avec 41,5% des voix lors des élections législatives ce dimanche en Allemagne, Angela Merkel a remporté un troisième mandat avec brio. Son seul regret : ne pas avoir la majorité absolue au Bundestag.

© CC / wikipédia

Angela Merkel n’est pas passée loin d’une victoire totale ce dimanche lors des élections législatives en Allemagne. Avec 41,5% des voix, l’actuelle chancelière a frôlé la majorité absolue au Bundestag selon les résultats rapportés par la ZDF. Depuis la réunification de l’Allemagne en 1990, le parti de la chancelière, la CDU, n’avait jamais obtenu autant de voix. En comparaison avec les élections de 2009, le parti améliore son score de 8,5 points. A deux sièges près au Bundestag, Angela Merkel pouvait obtenir les pleins pouvoirs. A son arrivée au siège de la CDU vers 19 heures, la chancelière allemande a tenu à "chaleureusement remercié" les personnes l’ayant soutenu lors de cette campagne et en particulier son mari.

Des partis adverses à la dérive

Au total, 73% des allemands se sont déplacés pour aller voter, soit trois points de plus qu’en 2009. Les partis rivaux d’Angela Merkel n’ont pas reçu le soutien dont ils pensaient bénéficier. Le SPD, principal parti de l’opposition, n’a seulement obtenu que 25,6% des voix. Le parti socialiste allemand a certes amélioré son résultat de 2,6 points par rapport aux élections de 2009 mais n’a pas rivalisé comme il l'escomptait. Sa tête d’affiche, Peer Steinbrück, qui s’était rendu célèbre par son doigt d’honneur à la une d’un magazine, n’aura donc pas emporté avec lui la vague contestataire allemande. "La situation n'est pas du tout claire. C'est pourquoi le SPD a tout intérêt à ne pas succomber à la tentation de faire des spéculations sur le nouveau gouvernement. La balle est dans le camp de Mme Merkel. Il faut qu'elle se trouve une majorité", a-t-il déclaré.

Publicité
En effet, n’ayant pas obtenu la majorité, Angela Merkel devra composer son gouvernement avec quelques personnalités de l’opposition. Avec par exemple, le parti des Verts qui a réalisé une petite contre-performance avec environ 8,4% des voix (moins 2,5 points par rapport à 2009). Le FDP, parti libéral et allié traditionnel de la CDU , n’est même plus présent au Bundestag  alors que Die Linke -semblable au Front de Gauche de France- est arrivé devant les Verts. Le paysage politique allemand en a pris un coup avec ces élections législatives.

Publicité