A l’image des couveuses de l’Allemagne nazis, l’Etat islamique est en train de créer des couveuses pour élever les futurs combattants de l’organisation terroriste.

Selon les services de renseignements cités par Le Parisien, l’Etat islamique est en train de préparer la prochaine génération d’enfants soldats en s’adjoignant les "services" de nombreuses femmes.

A l’image du projet Lebensborn de l’Allemagne nazie pour créer des enfants aryens, les cadres de Daech ont planifié une politique de natalité productiviste afin de peupler le califat. Mais "contrairement aux nazis, ils ne cherchent pas la pureté ethnique mais spirituelle. Ils veulent enfanter une génération de bons radicaux, très pieux.", explique une source du renseignement. "Ils sont dans une démarche de long terme. Ils cherchent à construire des familles.", révèle un autre membre du renseignement.

A lire aussi - L'Etat islamique légalise l'esclavage sexuel des femmes

Deux fonctions essentielles : assurer le repos du guerrier et peupler le califat

Pour renouveler leurs effectifs de djihadistes, estimés à environ 50 000 combattants, sur un territoire de 8 à 10 millions d’habitants de la taille de la Grande-Bretagne, l’organisation terroriste a créé de véritables pouponnières. Pour faire tourner ces pouponnières, Daech cherche donc le maximum de femmes possible. "Elles ont deux fonctions essentielles : assurer le repos du guerrier et peupler le califat", explique un spécialiste du dossier au Parisien. En octobre 2013, les Françaises représentaient 12 % des djihadistes sur place et parmi ces Françaises, 30 % sont des converties.

"Elles vivent entre elles dans des phalanstères"

Une fois sur place, les femmes sont réunies ensemble avec une mission : enfanter. "Elles vivent entre elles dans des phalanstères (NDLR : communautés), poursuit l’expert. Leurs combattants de maris les rejoignent quand ils peuvent. Au bout d'un an à dix-huit mois maximum, il faut qu'elles aient un enfant." Pour vérifier, les femmes sont surveillées par une brigade composée exclusivement de miliciennes en burqas noires.

A lire aussiLa triste fin de Samra, une Autrichienne devenue égérie de Daesh

Publicité
Et une fois venus au monde, les "lionceaux du califat" sont pris en charge par des structures spécialisées : écoles coraniques, "centres de loisirs" où on leur apprend à manier les armes et à haïr l’Occident…

Vidéo sur le même thème : Elle soigne des femmes, réfugiées de Daech : "Elles ont servi d'esclaves sexuelles"