S'il ne renonce pas à ses projets nucléaires, les autorités sud-coréennes se tiennent prêtes à éliminer le dirigeant de Corée du Nord, Kim Jong-un. Explications.  

La guerre est déclarée. Après l'annonce récurrente d'essais nucléaires et de menaces par la Corée du Nord, les autorités sud-coréennes ont décidé de contre-attaquer. Et le plan est clair : éliminer physiquement le leader Kim Jong-un. 

"Selon le ministre de la Défense sud-coréen cité par la chaîne américaine CNN, la Corée du Sud disposerait en effet de troupes d'élites se tenant prêtes à éliminer physiquement le leader nord-coréen si ce dernier ne renonçait pas à ses velléités nucléaires", rapporte LeFigaro.fr vendredi. On n'en sait toutefois pas plus sur les moyens mis en œuvre pour mener à bien cette mission. 

Un nouvel essai nucléaire début septembre 

Ces menaces dissuaderont-elles Kim Jong-un de continuer ses projets ? Pas si sûr. Ce dernier a mené début septembre un cinquième essai nucléaire. "Un des missiles tirés de Corée du Nord a notamment pénétré dans la zone économique exclusive au large du Japon. Ces tests, qui violent les résolutions de l'ONU, ont été dénoncés par la communauté internationale", précise le site d'information. 

Publicité
Après ce nouvel essai, le plus puissant jusqu'à présent, la communauté internationale a en effet déclaré envisager des sanctions contre la Corée du Nord. Probablement moins radicales que le projet sud-coréen.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :