Le gouvernement libyen a préféré le stationner dans le sud de la France pour qu’il ne tombe pas dans les mains de milices. 

C’était l’avion privé du "Guide" libyen, Mouammar Kadhafi. Un Airbus A340 sans ostentation extérieure mais qui, une fois à l’intérieur, offrait une débauche de luxe : chambre avec lit géant, jacuzzi, salle multimédia…

À sa chute, en octobre 2011, l’avion est capturé par les rebelles qui contrôlent l’aéroport de Tripoli. Mais, en pleine guerre civile, le nouveau pouvoir a préféré se séparer de l’appareil. Celui-ci l’a alors remis en 2012 à l’entreprise de maintenance aéronautique EAS basée à Perpignan, comme l’a révélé France Bleu ce dimanche.

Un parcours rocambolesque

L’entreprise devait retransformer l’appareil pour qu’il retrouve sa fonction initiale d’avion de ligne. Il fut donc dépouillé de tous ses attributs luxueux et rééquipé de manière plus standard. L’année suivante, en 2013, "l’Airbus arrive à Orly pour être repeint", indique la radio, puis "redécolle le 2 septembre en direction de la Lybie".

A lire aussiSarkozy et Kadhafi : les dessous d'une liaison tumultueuse

Publicité
L’histoire ne s’arrête pas là puisque depuis le 17 mars 2014 l’ancien avion de Kadhafi est revenu "en gardiennage" à Perpignan. Selon France Bleu, l’avion serait là "pour qu’il ne tombe pas dans les mains des milices qui se disputent le pouvoir."

Quant au futur de l’avion, l’entreprise EAS assure régulièrement des missions de contrôle et d’inspection pour que l’engin ne perde pas son autorisation de vol.

Vidéo sur le même thème : Libye : les milices font régner le chaos dans le pays