Après un bombardement visant le quartier de Qaterji, dans la ville syrienne d'Alep, la communauté internationale s'est indignée devant la photo d'un enfant de 5 ans, blessé à la tête dans l'attaque. Ce cliché est depuis devenu un symbole de l'horreur du conflit syrien. 

Mercredi soir, dans la ville d'Alep en Syrie, le quartier de Qaterji a essuyé un raid aérien. Impossible de savoir qui a bombardé cette zone tenue par les rebelles : les forces de Bachar el-Assad ou celles de ses alliés russes ?  Au milieu des décombres, un petit garçon de 5 ans nommé Omran Daqneesh a été secouru. Photographié et filmé juste après, il est depuis devenu le symbole de l'horreur du conflit syrien. Les images ont en effet été partagées des millions de fois sur les réseaux sociaux. La rébellion contre Bachar Al-assad souhaiterait même qu'Omran devienne son "représentant dans le monde", croit savoir le Telegraph.

Sur la photo qui fait le tour du web, l'enfant est prostré, l'air hagard, les vêtements et la peau recouverts de poussière et une blessure encore sanguinolente au crâne. Dans la vidéo postée par les activistes d'Aleppo Media Group et reprise par The Guardian, on le voit par ailleurs porter une main à son front et regarder, l'air absent, le sang qui tache ses doigts.

À lire aussi – Enfant syrien noyé : le père d’Aylan raconte leur histoire

La famille au complet

Mahmoud Raslan, un photojournaliste interrogé par le site du Guardian et qui a aidé les secouristes dépêchés sur place, a raconté les circonstances dans lesquelles l'enfant a été trouvé. "On se les (les cadavres des civils, ndlr) passait d’un balcon à l’autre", a-t-il indiqué, expliquant avoir vu passer trois corps avant de découvrir Omran. Le garçon a été secouru avec ses trois frères et sœurs, ainsi que son père puis sa mère, dont "la cheville était coincée sous les décombres".

Publicité
Les victimes ont toutes été amenées à un hôpital baptisé "M10" pour l'occasion. Les médecins sont contraints d'utiliser des noms de code pour les bâtiments médicaux, ces derniers constituant les cibles privilégiées des frappes aériennes. Parmi les victimes du bombardement de mercredi, cinq enfants et trois adultes sont morts.

Vidéo sur le même thème – La situation actuelle en Syrie : "Il y a une concentration des tensions sur Alep, de drames humains, de drames politiques"