La jeune rom kosovare, expulsée avec sa famille de notre pays en 2013, a raconté son quotidien en Croatie à "BFMtv". "Je peux venir en France quand je veux !", a-t-elle notamment lancé.

Malgré son explusion de la France avec sa famille, en octobre 2013, son nom n'a jamais quitté la tête des Français. L'adolescente rom kosovare, Léonarda Dibrani, qui avait été interpellée lors d'une sortie scolaire avant d'être expulsée du territoire, vient de refaire parler d'elle.

Son quotidien "assez difficile en Croatie"

Interrogée vie Skype par BFMtv, celle qui est aujourd'hui une jeune femme de 18 ans a temoigné de son quotidien "assez difficile" en Croatie où ses parents sont au chômage. "Je n'ai pas de travail, je ne vais pas à l'école. Je n'ai rien !", raconte-t-elle. 

Dans son habitation, elle explique ne pas avoir de chauffage, ni de lumière, ni d'eau chaude. "Quand je dois prendre le bain, je vais chez une copine", avoue-t-elle.

Devant ses conditions difficiles, Léonarda, détentrice d'un passeport croate et donc européenne, songe à revenir en France. "J'ai envie de revenir en France pour remercier les gens qui m'ont aidée quand j'avais des problèmes. Je peux venir en France quand je veux !"

"Hollande a gâché ma vie"

En 2013, l'affaire Léonarda avait provoqué un mini séisme politique. Son expulsion avait suscité la colère de certains responsables PS et de jeunes lycéens. Le choix de François Hollande de faire revenir seulement la jeune fille âgée alors de 15 ans, sans ses parents, avait été mal compris. 

A lire aussiQue devient Leonarda, deux ans après son expulsion de France ?

Publicité
En mars 2016, Le Parisien avait recontacté la jeune femme. Elle confiait déjà son souhait de revenir en France et disait suivre des cours de français trois fois par semaine. "J'en veux encore à Hollande, il a gâché ma vie", estimait-elle, disant être devenue serveuse dans un restaurant de Mitrovica, au Kosovo.

Vidéo sur le même thème :  La mère de Leonarda agressée