Le météorite surnommée Tcheliabinsk qui s’est désintégrée en février dernier au dessus de la Russie avait déjà frôlé le soleil ou un autre corps céleste avant de venir s’écraser sur Terre.  

Selon une étude de l’Institut de Géologie et de Minéralogie de Novossibirsk (IGM), la météorite qui s’est désintégrée le 15 février dernier au-dessus de Tcheliabinsk, une ville russe de l’Oural, avait déjà frappé un autre corps céleste voir le Soleil avant de s’abattre sur Terre. 

L’analyse des fragments a révélé que la météorite avait subi un "processus de fusion intense avant de pénétrer dans l’atmosphère de la Terre". Pour Victor Chariguine, de l’IGM, "cela signifie presque à coup sûr qu’il y a eu une collision entre la météorite de Tcheliabinsk et un autre corps du système solaire (astéroïde ou planète), ou alors un passage près du Soleil."

Plus d'un millier de blessés 

Une pluie de météorites s'était abattue le 15 février au-dessus de Tcheliabinsk après l'explosion d'un astéroïde d'une taille estimée à 17 mètres de diamètre et d'un poids de 5000 à 10 000 tonnes. Plus que les milliers de petits fragments rocheux qui ont atteint le sol, c'est l'onde de choc de la désintégration, environ une minute plus tard, qui a provoqué d'importants dégâts dans la ville, blessant plus d'un millier de personnes. 

Publicité
De nombreux fragments ont été retrouvés dans la région mais on pense que le plus gros morceau de la météorite a sombré dans le lac Tchebarkoul, où certains scientifiques tentent de le localiser et de le remonter.

Publicité