Au Japon, plus de 40 % des jeunes âgés de 18 à 35 ans n'ont jamais eu de relations sexuelles. Un phénomène qui inquiète le gouvernement confronté à une baisse chronique de la natalité.

Au Japon, le sexe est partout... et nulle part. Alors que l'industrie du sexe est la deuxième plus puissante, après l'automobile, les jeunes ne font plus l'amour. Selon l'Institut national japonais de la population et de la sécurité sociale, les Japonais âgés entre 18 et 35 ans ont de moins en moins de rapports sexuels.

Dans cette tranche d'âge, 42 % des hommes et 44 % des femmes avouent être encore vierges. En comparaison, le taux de virginité en France est de 26,2 % chez les jeunes, note BFMtv. A noter qu'en 2010 seuls 36,2% des Japonais et 38,7% des Japonaises entre 18 et 35 ans déclaraient ne jamais avoir eu de rapport sexuel.

Dans l'archipel japonais, près de 70 % des hommes non mariés et 60 % des femmes dans la même situation ne sont pas impliqués dans une relation. Pourtant, selon cette étude quinquennale, près de 90 % des sondés déclarent vouloir se marier "à un moment dans le futur".

Le Japon pourrait perdre 40 millions d'habitants d'ici 2060

Pour Futoshi Ishii, à la tête de l'institut de sondages, il y a un fossé entre "les idéaux et la réalité" des jeunes Japonais, "c'est pour cela que les gens se marient tard ou restent célibataires toute leur vie, contribuant au faible taux de natalité du pays".

A lire aussi Au Japon, les fruits peuvent être des produits de luxe

Le manque de sexualité chez les Japonais est un véritable fléau pour la démographie nippone. Si la tendance se poursuit, le Japon, qui compte actuellement 127 millions d'habitants, n'en comptera plus que 87 millions en 2060. La courbe de la natalité est donc scrutée de près par le gouvernement japonais qui a mis en place plusieurs mesures pour encourager les naissances : réductions d'impôts, nombre de places en crèche en hausse... L'objectif du gouvernement étant d'augmenter le taux de fertilité de 1,4 aujourd'hui à 1,8 enfant par femme en 2025.

"La situation a été très difficile pour les hommes" 

Mais pourquoi les Japonais(e)s font-ils de moins en moins l'amour ? L'explication résiderait dans les "deux décennies perdues" après l'éclatement de la bulle financière au début des années 1990. "Beaucoup d'hommes japonais semblent avoir perdu leur confiance sexuelle avec l'émasculation économique", avance Yoko Itamoto, une spécialiste du marché matrimonial au Japon. "Ces vingt dernières années, la situation a été très difficile pour les hommes" confrontés à la compétition et à des emplois précaires, rappelle Mme Itamoto.

Un autre expert, Shingo Sakatsume, relève un paradoxe contemporain : au Japon, le sexe est partout, dans la rue, à la télé, dans les mangas, mais il est malvenu d'en parler sérieusement. "Actuellement, il n'y a nulle part au Japon où apprendre la sexualité, comment bâtir une relation amoureuse, comment se marier", déplore M. Sakatsume. 

Publicité
En 2013, un reportage de France 3 était consacré à la misère sexuelle au Japon. L'auteur du reportage concluait en disant que "le confort matériel semble avoir éteint le désir des Japonais. Pornographie et prostitution sont sommés de procurer un plaisir immédiat et sans effort. Dans le Japon d'aujourd'hui, le couple disparaît au profit de l'individu : chacun flotte dans sa bulle, préférant soi-même à l'autre".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :