La Crimée a déclaré ce matin unilatéralement son indépendance et a entamé son processus de "rapprochement" avec la Fédération de Russie.

96,7%... Ce n’est pas le score engrangé par l’un des dictateurs que compte (encore) la planète mais bien le résultat du référendum conduisant à la proclamation de l’indépendance de la Crimée ce lundi 17 mars. Depuis que les tensions de la place Maidan se sont répercutées sur la péninsule, le "rattachement" à la Fédération de Russie ne faisait plus aucun doute.

Une annexion vécue comme une agression

Bien que décriée à l’unisson par les occidentaux, la manœuvre qualifiée, de "farce" par Londres, enracine davantage l’influence du Kremlin en Crimée qui doit se prononcer mardi, par la voix de Poutine, sur le processus d’intégration de la région. L’Ukraine quant à elle déplore ce qui est vécu comme une "agression" sur sa souveraineté et intègre en réponse 40.000 réservistes à ses effectifs militaires attendant alors que ses soutiens prononcent ces fameuses "sanctions". Depuis la chute de l’URSS, jamais les tensions n’ont semblées aussi vives entre les Occidentaux et la Russie alors que s’installe un climat que certains qualifient similaire à celui de la Guerre Froide. Que révèle cette "annexion" et quelles répercussions pourrait-elle avoir?

Les dépouilles de l’empire soviétique

"Ce qui se joue, c’est une bataille sur les dépouilles de l’empire soviétique". Contacté par Planet.fr, voilà ce que Pierre Verluise, spécialiste de l’Union Européenne et directeur du site spécialisé Diploweb, nous explique sur la proclamation d’indépendance de la Crimée. Ce que cette crise révèle, c’est donc bien cette lutte d’influence qui s’exerce depuis 91 sur les anciennes provinces soviétiques. Comme ceci fut le cas en Ossétie du Sud ou en Abkhazie, la Russie entend garder la main sur ses anciennes provinces sur lesquelles elle conserve une influence politique et culturelle.

De l’autre côté, l’UE cherche également à accroître son influence comme elle a pu le faire avec les pays baltes, tous les trois membres de l’UE et de l’OTAN. Les crispations sont particulièrement perceptibles aujourd’hui dans la mesure où "l’Ukraine constitue le plus gros morceau, avec le plus fort potentiel économique et la plus importante situation stratégique", même si l’Ukraine d’aujourd’hui, "affaiblie sur le plan économique, connaît des difficultés démographique". La destitution du président Ianoukovitch avait donc vocation à faire basculer l’Ukraine dans le giron occidental. Avec cette sécession sponsorisée par la Russie, le Kremlin a trouvé un moyen de pression particulièrement efficace.

Le mode opératoire

Ce n’est pas la première fois que la Russie s’adonne à ce genre de manœuvre ce qui fait dire à notre spécialiste que "ce ‘pseudo referendum’ n’a pas de valeur. Il ne respecte en rien les procédures ukrainiennes ni celles de l’OSCE qui doit veiller, via ses observateurs, au bon déroulement du scrutin. Dès lors, sa valeur juridique et nulle. Ce type de manœuvre politique mise en place par la Russie vient s’ajouter à une liste dans laquelle figurent déjà l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. Ces précédents laissent facilement envisager quelles sont les prétentions de la Russie sur l’Ukraine".

Comme le rappelle le HuffPost :"en encourageant et en soutenant l'autonomie des minorités locales, le Kremlin a précipité dans ces régions l'organisation de référendums non-reconnus et les déclarations unilatérales d'indépendance". Du côté russe, c’est donc "aux mêmes maux les mêmes remèdes". Il s'agit donc là d'un mode opératoire parfaitement maîtrisé par Moscou.

À noter, les autorités de Crimée ont décidé aujourd'hui que le rouble serait désormais considérée comme monnaie officielle. De son côté, la Russie a promis une aide de 295 millions d'euros aux nouvelles autorités pro-Russes.

Derrière la Crimée, l’Ukraine

"Le principal problème de Poutine, c’est d’avoir, au-delà de Sébastopol, un nouveau moyen de pression sur Kiev. Premièrement, il s’agit de montrer à l’Ukraine qu’elle a échouée dans sa tentative de rapprochement avec l’UE. Deuxièmement, il s’agit pour Poutine de s’ancrer territorialement en Ukraine signifiant alors que les pressions (politiques et militaires) sur Kiev vont s’accentuer" nous indique Pierre Verluise. En violant l'intégrité du territoire ukrainien, Moscou rappelle que c'est bien Kiev qui est en ligne de mire. Ce faisant, les occidentaux n'ont pas tardé à réagir et à mettre à exécution leurs menaces de sanction.

La Maison Blanche a indiqué qu'une liste de personnalités impliquées dans cette annexion sera concernée par des "gels d'avoir" quand l'Union Européenne confirme de son côté procéder au même type de sanctions ainsi qu'à une série de restriction de visas.

Publicité
Si notre spécialiste concède qu'à court terme les tensions vont se crisper, "surtout d'un point de vue verbal", il invite tout de même les observateurs à ne pas céder à la panique en précisant que les comparaisons avec la guerre froide biaisent la lecture de cette crise. À ce jour, personne ne peut vraiment prédire qu'elle en sera l'issue.

Ci-dessous, une journaliste américaine démissione pour protester contre la politique russe.

Publiez votre commentaire

12 commentaires

Ils sont marrants les

Portrait de NRV 13

Ils sont marrants les "spécialistes de l'Union Européenne contacté par le site" Ils nous expliquent tranquillement que le référendum n'a aucune valeur car il n'a pas été organisé avec les "normes européeennes..." Tant qu'il y est il aurait pas voulu un résultat suivant "les normes européennes" aussi? Du genre de celui de 2005 sur la constitution en France avec lequel on s'est empressé de se torcher..

Quant à la vidéo de la présentatrice qui démissionne, ils ont pas celle de l'Amiral ukrainien nommé par le nouveau pouvoir qui le lendemain est passé avec armes et bagages du coté des Russes de Crimée? Drolement plus parlant que la démission d'une potiche en direct...

Votez pour ce commentaire: 

Ce n'est pas nos affaires, la

Portrait de MARTIALFRANCK

Ce n'est pas nos affaires, la Crimée a choisie de rejoindre la grande Russie c'est  comme cela ! et je ne vois pas pourquoi la France s'occupe de cette affaire et un ancien ministre de Mitterrand risque d'envenimer la situation, qui n'a rien à voir avec la France .Occupons-nous de notre pays ,avant de s'occuper des autres, et ce n'est pas la peine de nous mettre à dos la Russie parce que les Américains l'ont décidé La France doit retrouver sa puissance et ne plus s'occuper de nos voisins et d'autres pays qui sont assez intelligent pour gérer leur problèmes.

Votez pour ce commentaire: 

Je leur souhaite bien du

Portrait de papy71170

Je leur souhaite bien du plaisir à la Crimé. Bon il on perdu une banque, c'est pas grave, Poutine va sortir son carnet de chèques. Le grand frère va prendre soin d'eux et mine de rien reconstituer son rève la grande URSS. Leur industrie va être étatisée, c'est bien, ils n'auront plus besoin de travailler, ils seront payer quant même.

Par contre ce qui est plus grave, c'est la troisième guerre mondiale qui se prépare.

Votez pour ce commentaire: 

UE  + OTAN : 2014 = la Crimée

Portrait de Rencam3

UE  + OTAN : 2014 = la Crimée fait partie de l'Ukraine bien qu'il y ait une majorité de russophones, les mêmes 1999 = le Kosovo doit etre indépendantt car les kosovars sont majoritairement albanais ....

C'est logique ????

Il est vrai que les kosovars albanais sont musulmans, que les pays fournisseurs de pétrole sont majoritairement musulmans ... mais cela n'avait aucun rapport bien sur !

Votez pour ce commentaire: 

en voulant à tout prix faire

Portrait de bobthuy

en voulant à tout prix faire passer l'Ukraine dans la sphère d'influence  européenne et surtout américaine, comment les occidentaux n'ont-ils pas compris que pour les russes, il s'agissait d'une véritable provocation, après l'intégration de nombreux pays de l'Est au sein de l'OTAN ? quand cessera-t-on de donner des leçons, alors que dans la 2ème moitié du 20ème siècle, les USA n'ont pas cessé d'intervenir brutalement, directement ou indirectement dans de très nombreux pays, surtout en Amérique latine et au Moyen-Orient parce que les politiques ne leur plaisaient pas ; quant à la France, avec ses guerres coloniales aussi stupides que criminelles, elle ferait mieux de se taire

Votez pour ce commentaire: 

bobthury,votre commentaire

Portrait de klein benoit

bobthury,votre commentaire est tout à fait pertinent , en effet les chancelleries occidentales , et en particulier Fabius n'ont fait que mettre de l'huile sur le feu lors de leur déplacement à Kiev , il aurait été plus raisonnable defaire une table ronde avec la Russie , au leu de l'ignorer , il ne faut donc pas s'etonner de la reaction de Mr Poutine !!

Votez pour ce commentaire: 

Devrions-nous pas suivre le

Portrait de Michel Prou

Devrions-nous pas suivre le bon exemple de la Crimée ? La Bretagne rattachée à la Grande Bretagne , l'Alsace à la Grande Allemagne , le Jura à la Suisse ? Leurs habitants seraient beaucoup mieux traités fiscalement , gagneraient plus , auraient du travail et un avenir ... et , surtout , des politiques plus fiables et pas une apparence de démocratie .

Votez pour ce commentaire: 

La France a fait pire , et

Portrait de prince861000000008887

La France qui se fait fort de demander le respect des frontières de la Crimée ,reconnues, en exigeant le retrait de la Russie  , doit s’appliquer les mêmes principes, pour ce qui est du territoire comorien de Mayotte  Mais peut-être que la France se considère comme étant au-dessus des lois internationales.

Votez pour ce commentaire: 

« Les ministres des Affaires

Portrait de Clandestini Corsi

 

« Les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais ont signé un contrat avec Viktor Ianoukovitch et l'opposition. Vous, Mme Merkel, vous dites qu'en prenant la fuite, Viktor Ianoukovitch a rendu l'accord caduc. C'est faux », dénonce dans un discours Gregor Gysi au Bundestag. M. Gysi montre la supercherie de la prise de pouvoir du gouvernement provisoire à Kiev : « Le parlement de Kiev a voté à 72,88 % la destitution de Ianoukovitch mais la Constitution ukrainienne dit qu'il faut 75 % ! Il a été dit que durant une révolution, on ne peut pas tenir correctement compte de la Constitution. Mais Poutine s’en tient à la Constitution et il n'y a pas eu le pourcentage requis par la Constitution pour remplacer le président ukrainien ». L'UE a soutenu le vote qui a eu lieu à Kiev sous la surveillance d'hommes armés : « En outre, durant le vote au Parlement pour la destitution de Ianoukovitch se trouvaient des hommes armés, ce qui n'était pas vraiment démocratique ». Gregor Gysi montre l'incohérence du discours de l'UE et confronte Angela Merkel avec son argumentation quand elle parle d'annexion de la Crimée par la Russie : « Pour le référendum de la Crimée se trouvent aussi des soldats avec des armes, ce qui n'est pas particulièrement démocratique, mais le plus extraordinaire est que, vous, Mme Merkel, dites qu'un tel vote en Crimée avec des hommes armés n'est pas démocratique, alors, dans le premier cas, c'était pour vous démocratique et pas dans le second ? Acceptez-vous une partie de la Constitution ukrainienne quand ça vous arrange ou pas ? »

Votez pour ce commentaire: 

Ne faites vous pas erreur en

Portrait de JPSOURDEAU

Ne faites vous pas erreur en assimilant ces votes et protection armée..

en Crimée, ce sont les Russes qui ont "envahient cette région et faient pression moralement sur la population.. pure annexion cachée de Poutine.. tout comme d'installer de pseudo dirigeants ukrainienns ..à la solde de Moscou..!! à Kiev, ce sont des Ukrainiens qui défendaient leurs droits..!! Alors ne faites pas cet amalgame..pro russe..!! vous parlez de % .., demandez à Poutine ce qu'il en fait, lui..!! il rêve d'annexion de ces anciennes régions de l'ex URSS..notre tsar Vladimir..pour refaire la grande Russie de ses prédécesseurs "tsars"..!! Dommage qu'en face les pays occidentaux ne soient pas capables de faire cette pression économique (et non la pseudo pression diplomatique)ce qui limiterait (..peut-être..) les ambitions de Poutine..le manipulateur..conquérant.. et ce n'est pas fini avec d'autres provinces..  

Votez pour ce commentaire: 

Pages

Publicité