Chaque année, plus de 50 000 enfants sont portés disparus en Inde. Un phénomène qui inquiète la population, d’autant que les enquêteurs n’ont à ce jour aucune piste concrète.

Le nombre est impressionnant. Chaque année, entre 50 000 et 100 000 enfants se volatilisent mystérieusement dans les rues de Bombay (Inde). Face à ce phénomène croissant et particulièrement troublant, les autorités locales tentent de réagir et d’explorer quotidiennement de nouvelles pistes. Malgré leurs efforts, la situation ne semble pas près de s’améliorer puisque que 45% de ces disparitions restent à ce jour non résolues, rapporte Le Point.

Pooja n’avait que 7 ans lorsqu’elle a disparu, le 22 janvier 2013. Sur les 166 affaires que l’inspecteur Bhosale a traitées, c’est la seule qu’il n’a jamais réussi à élucider. "J’ai tout essayé", a-t-il expliqué, ajoutant : "J’ai activé mon réseau local d’indics, j’ai interrogé les membres de la famille de Pooja, j’ai visité des centres pour enfants abandonnés, et j’ai même vérifié les cadavres non identifiés à la morgue". Pourtant, plus de deux ans après les faits, la fillette reste introuvable.

Pas de piste "concrète"

Puis au fil des années, l’histoire de Pooja s’est répétée avec d’autres enfants. "Le problèmes des disparitions est très grave", a indiqué Dhanaji Nalawade, inspecteur principal du commissariat de Dadabhai Naoroji Nagar à Bombay, avant de poursuivre : "Nous redoublons d’efforts pour retrouver les mineurs disparus, en répertoriant notamment les identités des enfants des rues". En dépit de ces mesures, les enquêteurs piétinent et n’ont, pour l’heure, "aucune piste concrète".

Un florilège d’hypothèses

Certaines hypothèses ont toutefois été émises. Pour certains, les enfants kidnappés seraient en réalité poussés vers la prostitution, mais aussi la mendicité et le travail forcé. "Les trafiquants d’enfants sont très organisés. Nos analyses montrent qu’il y a une augmentation de la demande pour le trafic de fillettes", souligne le militant du droit des enfants et prix Nobel de la paix 2014 Kailash Satyarthi.

Publicité
Mais pour d’autres, les enfants auraient probablement fugué. "J'observe de nombreux cas de disputes familiales qui poussent les mineurs à quitter leur foyer. Des adolescentes s'enfuient aussi régulièrement avec leurs amants", a ainsi déclaré l’inspecteur Arun Karat. Autrement dit, le mystère reste entier...

Vidéo sur le même thème - Viol d’une fillette en Inde : deux suspects arrêtés

Publicité
Publicité