Des étudiants indiens ont inventé un soutien-gorge anti-viol capable d’envoyer des décharges électriques et d’alerter la police. Plus de détails.

New Delhi, la capitale du viol. Tel est le triste surnom qui a été attribué à la capitale de l’Inde depuis que plusieurs affaires de viols collectifs y ont éclatées, dont la plus récente est celle d’une touriste suisse. Des ingénieurs indiens pensent avoir trouvé un remède afin de lutter contre ce mal qui ronge le pays : des sous-vêtements anti-viols. Métro rapporte en effet que la poitrine de la femme serait la première zone touchée par les violeurs, selon une étude.

Trois étudiants en ingénierie de l’université Sri Ramaswamy Memorial University de Chennai, en Inde, ont ainsi mis au point des sous-vêtements électriques. Ces derniers sont équipés d’un système GPS et d’un système GSM, qui permettra d’envoyer des alertes à la police et à la famille de femme agressée.

Une décharge de 3.800 kiloVolt Le soutien-gorge est équipé de capteurs sensoriels et peut envoyer des décharges électriques à quiconque exerce une pression non désirée sur la poitrine. "La personne qui tentera de molester une fille recevra le choc de sa vie", a expliqué Manisha Mohan, l’une des étudiantes à l’initiative du projet, au quotidien national Times India. Le sous-vêtement, baptisé "she", peut envoyer une décharge électrique de 3.800 kiloVolt et ce, à plusieurs reprises, tel un taser.

Publicité
Les trois concepteurs ont reçu le prix "Gandhian Young technology Innovation Award 2013", une distinction honorifique très prisée dans le pays. "Puisque les législateurs mettent trop de temps à élaborer des lois justes, nous avons inventé un système d'auto-défense qui protège les femmes du harcèlement domestique, social et professionnel", ont expliqué les trois étudiants. Les concepteurs espèrent pouvoir commercialiser le soutien-gorge anti-viol dès la fin du mois d’avril.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :