Alors que le corps de l’ancien président vénézuélien doit être embaumé, son successeur par intérim a indiqué que cela pourrait être "très difficile" à faire car les délais auraient été dépassés.

Une question de temps. Le corps de Hugo Chavez pourrait bien ne pas être embaumé. Une semaine après les funérailles nationales de l’ancien président vénézuélien, Nicolas Maduro,  le président par intérim a annoncé qu’il serait "très difficile" de donner une apparence éternelle à sa dépouille. Selon lui, les démarches nécessaires à une telle pratique auraient dues être entamées "beaucoup plus tôt".

Alors que l’ex-chef d’Etat s’est éteint le 5 mars des suites d’un cancer, son vice-président a en effet expliqué au micro de la télévision nationale : "nous avons reçu des scientifiques de très haut niveau, les meilleurs du monde, de Russie  et d’Allemagne. (…) Les notes et les avis scientifiques nous indiquent qu’il va être très difficile de le faire, car les préparatifs auraient déjà dû être entamés et la décision aurait dû être prise beaucoup plus tôt". Et d’ajouter : "ces difficultés pourraient empêcher de faire ce qui a été fait pour Lénine, Hô Chi Minh ou Mao Tsé-toung".

Une place au Panthéon national ?Trois jours après le décès du Comandante, Nicolas Maduro avait annoncé que son corps serait  embaumé "pour l’éternité". Le gouvernement avait, quant à lui, fait par de sa volonté de transférer ensuite la dépouille embaumée au Panthéon national, à côté notamment du héros national surnommé le "Libérateur", Simon Bolivar. Il devait d’ailleurs déposer mardi un amendement en ce sens à l’Assemblée nationale mais ce dernier a été différé.

Publicité
Une élection présidentielle anticipée a par ailleurs été convoquée pour le 14 avril prochain. Le scrutin devrait se résumer à un duel entre Nicolás Maduro, l'héritier politique du Comandante, et le gouverneur de l'État de Miranda et chef de file de l'opposition, Henrique Capriles. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité