Le président par intérim vénézuélien Nicolas Maduro a ravivé les soupçons concernant un éventuel empoisonnement d’Hugo Chavez. Une commission de scientifique sera chargée d’examiner le défunt président. L’accusation contre les Etats-Unis est à peine voilée.

"Nous avons l’intuition que notre commandeur Chavez a été empoisonné par des forces obscures qui voulaient se débarrasser de lui". Ainsi s’est exprimé Nicolas Maduro, vice président du Vénézuela et successeur par intérim d’Hugo Chavez.Afin de tirer l’affaire au clair, Nicolas Maduro a annoncé la désignation prochaine d’une commission composée des "meilleurs scientifiques du monde".

La mystérieuse maladie de ChavezDepuis la révélation du cancer de Chavez en 2011, le gouvernement a été avare d’informations sur son état de santé. Le type de cancer dont il souffrait n’a jamais été révélé, pas plus que le pronostic des médecins. Cela n’a pas empêché Maduro d’affirmer que le l’affection dont souffrait Chavez "rompait avec toutes les caractéristiques typiques de cette maladie".

Les "laboratoires de la mort"Tout en précisant qu’il ne visait pas directement les Etats-Unis, Nicolas Maduro semble avoir de sérieuses présomptions : "Dans les années 40 et 50, les Etats-Unis et d’autres pays avaient des laboratoires destinés à découvrir comment provoquer le cancer. 70 ans ont passé et ces laboratoires de la mort n’auraient rien trouvé ?". Hugo Chavez lui-même avait avancé cette hypothèse en 2011 pour expliquer la vague de maladie chez les chef d'états latino-américains.

En 2010, l'existence entre 1946 et 1948 au Guatemala d'un laboratoire américain exposant des cobayes humains à des maladies sexuellement transmissibles avait été avérée, forçant la Maison Blanche à des excuses.

Publicité
Des analyses déjà remises en causeAvant même le début des prélèvements, la théorie de l’empoisonnement est battue en brèche par des scientifiques américains. Selon, le Dr Elmer Huerta, cancérologue elle n’a "aucun fondement scientifique". De plus, l’analyse pourrait être compliquée par le fait que le corps d’Hugo Chavez a déjà été embaumé. "C’est de la spéculation politique", conclut Huerta. 

Crédit photo: ©patricio.autostop/Flickr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :