Au lendemain de l’avalanche qui a enseveli un hôtel en Italie, les secours n’ont toujours pas pu secourir toutes les personnes qui se trouvaient dans l’établissement. La neige et les décombres les empêchent d’avancer, et aucun appel à l’aide n’a été entendu…

Le drame se poursuit en Italie. Plus de 24 heures après l’avalanche qui a enseveli un hôtel tout entier dans une station de ski du centre du pays, et seulement deux occupants ont pu être secourus. Le travail de secouristes a en effet été rendu encore plus difficile en raison des chutes de neige qui n’ont pas cessé. Les tous premiers à être arrivés sur les lieux du drame jeudi matin ont dû marcher près de 7 kilomètres chaussés de ski et dans le noir complet, rapporte Europe 1. Une fois sur place, ils ont ensuite constaté que la neige et les décombres allaient considérablement gêner leur progression dans l’hôtel à la recherche de victimes.

"Plus rien n'est reconnaissable"

Sous la violence de l’avalanche, le bâtiment s’est déplacé de dix mètres, les trois étages se sont écroulés quasiment partout et l’ensemble est désormais enseveli sous la neige. Seules quelques pièces sont accessibles. "Sur les deux survivants que nous avons trouvés, l'un travaillait dans cet hôtel. Il voulait nous aider, mais lui-même n'arrivait plus à reconnaître les différents endroits de l'établissement. Plus rien n'est reconnaissable ", a raconté un des secouristes à la radio. Même les chiens d’avalanche seraient complètement déboussolés à cause "de la neige imprégnée par le chlore de la piscine de l’hôtel".

"On n’entendait personne"

Et alors que le drame s’est déroulé dans la nuit et a pris les occupants par surprise pendant leur sommeil, les secours veulent en priorité accéder aux chambres. Ce qu’ils n’ont pas encore pu faire. A la radio, l’un d’entre eux a raconté qu’à un moment lui et ses collègues ont cru entendre des appels à l’aide, mais que c’était en réalité une fausse alerte. "C’était le bruit d’un des générateurs électriques. Alors on s’est tous stoppés net, en silence, pour voir si quelqu’un hurlait ou appelait au secours, a-t-il expliqué. Mais on n’entendait personne".

Publicité
Plus de 24 heures après l’avalanche, les secours gardent espoir de retrouver des survivants et parlent encore de "disparus" pour évoquer la trentaine de personnes qui se trouvaient dans l’hôtel et parmi laquelle se trouvaient beaucoup d’enfants. Tous espèrent que certains ont survécu, même bloqués sous la neige, grâce à des poches d’air, indique BFM TV.
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité