Dans la nuit de vendredi à samedi, le Parlement grec a adopté à une large majorité le projet de réformes du chef du gouvernement, Alexis Tsipras. 

Oublié, le Grexit ? Le Parlement grec a adopté dans la nuit de vendredi à samedi les propositions du chef du gouvernement, Alexis Tsipras. Des propositions qui reprennent dans l'ensemble ce que souhaitaient les créanciers et qui ont relancé l'espoir qu'un accord puisse être conclu pour permettre le maintien du pays dans la zone euro. 

Mais si ces propositions sont proches des exigences initiales des créanciers d'Athènes, elles seraient au contraire loin des promesses faites au parti de Tsipras, Syriza. Des députés se sont en effet abstenus, notamment dans les rangs de la gauche radicale. 

A lire aussi : L'euro peut-il survivre à une sortie de la Grèce ? 

Une nouvelle aide de 74 milliards d'euros 

Le plan d'Athènes reste néanmoins bien vu par les partenaires européens, les trois institutions créancières, l'Union européenne, la BCE et le FMI, l'ayant de leurs côtés jugé "positif". Celles-ci y voient "une base de négociation" en vue d'un troisième plan d"aide financière contre réformes", dont le montant serait de 74 milliards d'euros, précise MYTF1News

Publicité
Les ministres des Finances de la zone euro doivent se réunir ce samedi après-midi pour analyser le plan de Tsipras, avant avant un conseil européen des 28 dimanche, qui pourrait relancer officiellement les négociations. 

En vidéo sur le même thème : Le Grexit en six questions