Depuis ce lundi 4 août, le vocabulaire diplomatique de la France s'est considérablement musclé à l'égard d'Israël. François Hollande et Laurent Fabius n'hésitent plus à parler de "massacres" pour qualifier la situation à Gaza. Explications.

Jusque-là très mesurés pour qualifier la situation à Gaza, François Hollande et Laurent Fabius ont depuis le lundi 4 août changé leur vocabulaire. Réagissant aux critiques qui leur étaient adressées concernant la position de la France à l’égard du conflit israélo-palestinien, le chef de l’Etat et son ministre des affaires étrangères ont haussé le ton.

C’est d’abord Laurent Fabius qui, dans un communiqué diffusé hier, a dénoncé le "massacre" perpétré à Gaza. "La tradition d'amitié entre Israël et la France est ancienne et le droit d'Israël à la sécurité est total, mais ce droit ne justifie pas qu'on tue des enfants et qu'on massacre des civils" indique ainsi le chef du Quai d'Orsay qui "exige" un cessez-le-feu entre les deux parties pour mettre fin à ce "carnage". Un argumentaire proche de celui de son prédécesseur Dominique de Villepin qui, dans sa tribune publiée vendredi dans Le Figaro, opposait droit à la sécurité et "massacres" de civils.

>> Lire aussi : Au fait, c'est quoi le Hamas ?

Le terme "massacre" a également été prononcé par François Hollande pour qualifier la situation à Gaza. Alors en voyage en Belgique pour commémorer la Grande Guerre, le locataire de l’Elysée a déclaré hier : "Quand nous savons qu'il se passe des massacres tous les jours au Proche-Orient, nous devons agir". "Comment rester neutre quand, à Gaza, un conflit meurtrier dure depuis plus d'un mois ?" a renchéri le président de la République profitant de cette commémoration pour adresser son message de fermeté à Israël.

Pourquoi ce changement de ton ?

La première réaction de l’Elysée consistant à demander à Israël à faire preuve de "mesure" dans sa riposte était très loin de faire l’unanimité au sein de la majorité. À tel point que des parlementaires socialistes n’ont pas hésité à vivement critiquer le manque de fermeté du président. C’est le cas notamment de Yann Galut qui, interrogé parLe Scan, a déclaré : "Le soutien au gouvernement d'extrême droite de Netanyahou rompt avec la position française".

Le succès de la tribune de Dominique de Villepin auprès de la gauche a confirmé la contestation du discours diplomatique français. Ainsi, il était question pour l’Elysée et le Quai d’Orsay de rééquilibrer les choses.

>> Lire aussi : Gaza : qu’est-ce qu’une "trêve humanitaire" ?

Publicité
Autre raison de changer de ton, la stérilité manifeste de la première position. "Il faut hausser le ton parce que nos précédents appels pour épargner les civils sont sans effets" a confié une source diplomatique à nos confrères du HuffPost. Un constat d’échec partagé par le député PS Razzi Hammadi qui a soutenu au Figaro, qu’en Sciences politiques, la copie remise par François Hollande "au regard de la position classique, gaullienne, de la France" lui aurait valu la note de 5/20.

Reste à déterminer si ce changement de position sera suivi d'effets...

En imagesManifestions pro-Gaza : les images des scènes de guerre à Sarcelles

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

Policiers et casseurs se sont affrontés dimanche dans les rues de Sarcelles (Val-d’Oise), au nord de la capitale. Alors que les autorités avaient interdit tout rassemblement de soutien au peuple de Gaza, des dizaines de manifestants pro-Palestiniens ont envahi les rues de la ville et le quartier de Barbès à Paris. Rapidement, les évènements ont dégéné...

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

Autres diaporamas