Debra Milke était accusée d'avoir tué son fils en 1989. Condamnée à mort deux ans plus tard, elle a finalement été innocentée ce lundi. Planet.fr revient sur l'incroyable histoire de cette mère de famille. 

Vingt-trois années passées dans le couloir de la mort... Pour rien. Lundi 23 mars, la justice américaine a abandonné toutes les charges qui pesaient sur Debra Milke. Cette femme d'origine allemande avait été condamnée à la peine capitale en 1991 pour le meurtre de son fils de quatre ans. Celle qui a toujours clamé son innocence a finalement été innocentée, faute de preuve matérielle.

Le témoignage d'un détective "corrompu"

La condamnation à mort de Debra Milke ne tenait en fait qu'à un fil : le témoignage du détective Armando Saldate. A l'époque, ce dernier affirmait que la jeune femme avait reconnu le meurtre de son enfant mais seulement devant lui, dans une salle d'interrogatoire. Pour couronner le tout, il affirmait ne rien avoir enregistré et avoir détruit ses notes. Fort de 20 années d'expérience, le détective avait réussi à convaincre les juges, face à la défense bancale de la jeune femme alors âgée de 26 ans. La théorie calomnieuse soutenue à la barre consistait en un meurtre commandité par la mère à deux complices. Debra Milke n'avait jusqu'à ce jour cessé de clamer son innocence.

A lire aussi - Peine de mort : les six méthodes d'exécution toujours utilisées

Deux hommes ont plaidé coupable

Parallèlement, deux hommes ont plaidé coupable et ont été condamnés à mort séparément pour l'assassinat de l'enfant. Ceux qui s’apparentent aux complices évoqués par le détective sont en fait l'ancien colocataire de Debra Milke et l'ami de celui-ci. Respectivement Jim Styers et Roger Scott. Selon la décision de la cour d'appel, a priori véridique cette fois-ci, la mère avait accepté que les hommes emmènent Christopher dans un centre commercial. Ils avaient en réalité conduit le garçon "dans un ravin isolé à l'extérieur de la ville où Styers avait abattu Christopher de trois balles dans la tête", indique la décision de justice relevée par l'AFP.

Accusée à 26 ans, innocentée à 51

Publicité
Devenue la 151 ème personne condamnée à mort puis innocentée en 40 ans aux Etats-Unis, Debra Milke a éclaté en sanglots à l'annonce de sa relaxe, selon le site Internet ABC 15 Arizona. La victime de cette énorme erreur de justice avait été libérée sous caution en 2013. Sa condamnation avait alors été annulée sans pour autant que la justice n'affirme son innocence ou sa culpabilité. Finalement, la Cour suprême de l'Arizona a abandonné toutes les charges ce lundi.

Vidéo sur le même thème - Etats-Unis : l'Utah pourrait rétablir la peine capitale par peloton d'exécution