Arrêtée pour le meurtre d’un homme en compagnie de son mari, une femme de 19 ans a avoué en avoir commis au moins 22 autres. Une œuvre macabre qu’elle explique par son appartenance à une secte satanique depuis l’âge de 13 ans. 

© AP/Christine Baker

Tueuse née. Miranda Barbour, du haut de ses 19 ans, compte déjà plus de victimes que de bougies. Incarcérée pour le meurtre d’un homme de 42 ans en compagnie de son mari, Elytte Barbour, celle-ci aurait avoué à plusieurs journaux locaux que tuer était pour elle une habitude. "A partir de 22 (victimes, ndlr.), j’ai arrêté de compter", a-t-elle ainsi déclaré. La femme aurait tué au nom du culte satanique auquel elle appartenait depuis près d’une dizaine d’années.

Rencontrés via le site de petites annonces Craiglist, d’ailleurs épinglé par le gouvernement américain pour être la plus importante plateforme de prostitution du pays, Miranda et sa (dernière) victime, un homme de 42 ans du nom de Troy LaFerrara, s’étaient mis d’accord sur un rapport sexuel tarifé. Lors de leur rencontre dans un supermarché quelques jours plus tard, l’adolescente emmena son client, comme convenu, dans sa voiture située sur le parking. Où son mari, Elytte Barbour, 22 ans, les attendait, caché. "Nous voulions simplement tuer quelqu’un ensemble", a-t-elle déclaré. Sorte de célébration burlesque de leurs trois semaines de mariage. "Mon mari devait simplement l’étrangler, mais il (la victime) a dit les mauvaises choses, et les choses se sont gâtées", a-t-elle déclaré, expliquant les multiples coups de couteau assénés à la victime.

Meurtres, traumatisme et culte satanique

Agressée sexuellement à quatre ans par son beau-père, Miranda Barbour aurait traîné, de longues années durant, un fort traumatisme. Celui-ci l’aurait conduite, à l’âge de 13 ans, à rejoindre une secte satanique particulièrement violente basée en Alaska. Quelques mois plus tard, celle-ci commettait son premier meurtre, très vivement encouragé par son gourou dont elle tait l’identité. Hors-d’œuvre d’une série discontinue.

"Je sens qu’il est temps pour moi de tout laisser sortir. Je me moque qu’on me croie ou pas. Je veux juste tout faire sortir", a-t-elle expliqué. "J’ai arrêté de compter à partir de la 22ème victime [...] mais je suis en mesure d’indiquer sur une carte où trouver les corps".

Publicité
Une totale coopération qu’elle justifie par son appétit insatiable pour le meurtre : "J’ai décidé d’avouer tous ces meurtres car je savais avoir la possibilité d’être libérée dans les vingt prochaines années, et je ne veux pas que cela arrive. Si je devais être libérée, je recommencerais." Consciente de son addiction, celle-ci n’est à l’affût d’aucune clémence de la part de la justice, dont le procureur invoque le recours à la peine de mort contre elle et son mari. Seule explication ? "C'étaient toutes de mauvaises personnes", a-t-elle déclaré. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publiez votre commentaire

3 commentaires

En France, Taubira la ferait

Portrait de huglylucky

En France, Taubira la ferait relacher pour ne pas encombrer les prisons...

Votez pour ce commentaire: 

Elle a commencé tôt.

Portrait de mimine07

Elle a commencé tôt. Malheureusement les psychopathes se font arrêter lorqu'ils ont déjà assassiné de nombreuses personnes. On croit volontiers que celle là, elle avait le Diable au corps.

Votez pour ce commentaire: 

et encore une cinglée

Portrait de César Da Silva

et encore une cinglée américaine, une!

Votez pour ce commentaire: 

Publicité