Depuis 2011, près de 30 000 djihadistes du monde entier ont rejoint Daech. Le groupe terroriste tente de recruter en Chine et même jusqu’aux fins fonds de la toundra sibérienne.

Selon les services de renseignement américains, près de 30 000 djihadistes étrangers se seraient rendus en Syrie et en Irak depuis 2011 afin de rejoindre l’Etat islamique, a rapporté en septembre le New York Times. Un nombre qui a doublé par rapport à la précédente estimation, il y a un an.

La France, premier fournisseur européen de djihadistes

Sur ces milliers de combattants venus d’une centaine de pays, une grande partie est formée d’Occidentaux. Il y aurait 250 Américains (alors qu’ils n’étaient qu’une centaine il y a un an) et une centaine de Canadiens. Il y a une semaine, Manuel Valls a annoncé en conférence de presse que "le seuil de 1 000 individus ayant rejoint depuis la France les groupes djihadistes en Syrie et en Irak (venait) d’être franchi." "Environ 600 d'entre eux y sont toujours et on estime à 148 le nombre d'individus ayant trouvé la mort. 250 sont revenus sur notre sol.", a encore précisé le Premier ministre.

Si la France est le premier fournisseur européen de djihadistes en nombre, la Belgique est celle qui en envoie le plus, rapporté à sa population. Le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, et même la Suède ne sont pas non plus épargnés par ces départs. Les principaux pays africains sur les bords de la Méditerranée (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Jordanie, Liban, Turquie) comptent parmi les plus gros pourvoyeurs de combattants étrangers pour l’Etat islamique, avec l’Arabie Saoudite.

Du fin fond de la Sibérie jusqu’en Indonésie

Mais l’organisation terroriste recrute aussi en Asie. Sur son site Internet, Daech a récemment publié une vidéo en mandarin dans laquelle un chant religieux appelle les musulmans de Chine à prendre les armes. L’Etat islamique vise tout particulièrement les Ouïghours, une communauté musulmane très présente dans la province du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) et, selon Amnesty International, persécutée par le régime de Pékin. A noter également que l’Indonésie, pays comptant le plus de musulmans au monde, envoie un grand nombre de djihadistes à Daech.

A lire aussiL’Etat islamique veut recruter des djihadistes en Chine

Publicité
Dans un article du Figaro paru ce mercredi, le correspondant du quotidien à Moscou raconte comment l’Etat islamique recrute même aux fins fonds de la toundra sibérienne. Un jeune homme de 28 ans, Anatoly Zemlianka, est devenu le chef de file des djihadistes russes depuis qu’il est apparu dans une vidéo en train de décapiter un autre Russe, pourtant converti à l’islam, mais présenté comme un espion à la solde du pays de Poutine. Selon le reporter, l’homme se serait radicalisé à Tioumen, "la grande ville universitaire du sud de la Sibérie (…) où les recruteurs de Daech seraient très actifs."

Vidéo sur le même thème : Martyr, Daech... que signifient ces termes djihadistes?