Des hackers ont piraté mardi soir le compte Twitter de l’agence de presse américaine Associated Press, annonçant des explosions à la Maison Blanche, dans lesquelles Barack Obama avait été blessé. Une fausse nouvelle qui a semé la panique outre-Altantique.

« Alerte : Deux explosions à la Maison Blanche, Obama est blessé ». C’est le tweet émanant de l’agence de presse américaine Associated Press qui a tenu en haleine les presque deux millions d’abonnés au fil Twitter durant quelques minutes. Aussitôt retweetée des centaines de fois, l’information n’a pas affolé les bureaux de la presse de la Maison Blanche, mais a semé un léger vent de panique à Wall Street, où le Dow Jones a rapidement chuté, perdant d’un coup 130 points.

Publicité
Le démenti est arrivé quelques minutes plus tard et les choses sont revenues à la normale à la bourse. « Tout ce qui a été envoyé sur quelque incident que ce soit est faux » a indiqué le chef du bureau d’AP situé à la Maison Blanche. Il s’agissait en réalité d’un piratage. Associated Press a expliqué que plusieurs tentatives de piratage avaient eu lieu ces derniers temps. C’est la SEA, la Syrian Electronic Army, qui indique soutenir le régime de Bachar al-Assad, qui a revendiqué son œuvre. On lui doit le piratage du compte Twitter de plusieurs médias internationaux, notamment celui de l’AFP en février dernier.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité