Dimanche, six salariés de la célèbre banque ont été renvoyés par leur employeur. En cause ? Une vidéo diffusée sur Internet dans laquelle ils mimaient une exécution de l’État islamique.

Il semblerait que leur employeur n’ait pas été réceptif à leur petite plaisanterie. Dimanche dernier, six salariés britanniques de la banque HSBC ont été licenciés après avoir filmé et diffusé sur Instagram une vidéo quelque peu… dérangeante. Sur les images, on découvre en effet la mise en scène d’une fausse décapitation inspirée de celles pratiquées par le groupe terroriste État islamique, rapporte Metronews.

À lire aussi - État islamique : nouvelle vidéo d’un homme exécuté par un enfant

Une chose est sûre, l’humour noir peut parfois provoquer des dégâts. Et ces collègues en ont récemment fait les frais. Tandis qu’ils participaient à une séance de "team-building" visant à renforcer la cohésion de leur équipe sur un circuit de karting de Birmingham, les six individus en ont profité pour se déguiser en djihadistes en utilisant les tenues fournies par l’établissement.

Publicité

Cagoulés et vêtus de noir

La vidéo, relayée par The Sun, ne dure que quelques secondes, mais on y voit cinq hommes, cagoulés et en combinaisons noires. Le sixième apparaît quant à lui vêtu d’une combinaison orange, agenouillé devant ses tortionnaires. En arrière-plan, l’un des "djihadistes" brandit un cintre en guise de couteau, tandis qu’un autre scande "Allahou Akbar". Une blague de mauvais goût qui n’a pas du tout plu à leur employeur…

"C’est une vidéo odieuse"

"Nous avons pris la décision de renvoyer les individus impliqués", a indiqué un porte-parole de l’entreprise au quotidien britannique, ajoutant : "C’est une vidéo odieuse, et la HSBC tient à s’excuser auprès de tous ceux qui auraient pu être choqués". Et pour cause : depuis plus d’un an, le groupe terroriste a exécuté plus de 3000 personnes en Syrie et en Irak, dont plusieurs ressortissants étrangers.

Par ailleurs, le 26 juin dernier, pas moins de 30 Britanniques ont été tués dans l’attentat de Sousse (Tunisie), perpétré par un étudiant de 23 ans.

Vidéo sur le même thème - Éxecution d'Hervé Gourdel : pourquoi la décapitation ?