Moins d’une semaine après son retour sur le sol français, Daniel Larribe a accepté de revenir publiquement sur les trois années qu’il a passées en tant qu’otage au Mali. Le père de famille a également évoqué les deux journalistes de RFI récemment exécutés et croit savoir que Serge Lazarevic, un autre otage, serait toujours en vie dans le Sahel.

©Capture Ecran France 2

"On peut se considérer comme des miraculés, et là nous ne pouvons que nous féliciter de l’efficacité de toutes les équipes de négociation, de tous les acteurs qui ont participé à notre libération", a déclaré lundi soir Daniel Larribe sur le plateau du 20 heures de France 2. Rapatrié en France jeudi dernier, l’ancien otage du Mali n’avait pas souhaité s’exprimer sur le tarmac de l’aéroport de Villacoublay (Yvelines). Quelques jours après un retour très médiatisé, il semblerait qu’il ait désormais envie de raconter ce qu’il a vécu pendant ses trois années de captivité, passées à des milliers de kilomètres des siens. Assurant n’avoir aucune "séquelle" de cet épisode, Daniel Larribe a ainsi expliqué que sa plus grande frayeur datait des débuts de l'opération militaire française Serval pour chasser les combattants islamistes du nord du Mali. "Le premier bombardement qui a ouvert l'attaque terrestre le 22 février" a eu lieu "à 1,5 km" de l'endroit où il était retenu, a-t-il indiqué.

Publicité
Les otages étaient "correctement nourris""Quand je commençais à avoir des idées négatives qui m'envahissaient, je les rejetais, quitte à aller faire la description d'une plante", a également confié ce passionné de botanique. Quant au traitement que leurs ravisseurs leurs réservaient à lui et à ses trois compagnons de fortune, l’ex-otage assure avoir été "correctement nourri", mangeant la même chose que leurs gardes: "C'était peu varié, c'était des pâtes et du riz", "du lait et du sucre pour faire le thé" et "de temps en temps de la viande" de chameau ou mouton.

Thierry Dol se porterait "plutôt bien"Et alors que deux journalistes de Radio France Internationale (RFI) ont été exécutés au Mali quelques jours après sa libération, Daniel Larribe n’a pas pu cacher son émotion. "Je vous avouerai franchement que cette joie a été fortement affectée par le triste assassinat de vos deux collègues" de Radio France internationale, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-il en effet déclaré avant d’ajouter : "Je tiens à leur rendre hommage, à ces équipes courageuses qui vont sur le terrain au contact de l'information". A propos des autres otages français encore retenus en otages à travers le monde, Daniel Larribe a donné une information capitale. "Il se pourrait que l'on ait aperçu Serge Lazarevic, les autres non", a-t-il dit sans pour autant donner davantage de détails.  La fille de cet otage enlevé au Mali en novembre 2011 par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a, quant à elle, assuré au micro de RTL que l'ex-otage Thierry Dol avait vu son père récemment et que ce dernier se portait "plutôt bien".