Daech est en Libye

Oui, Daech est en train d'installer une solide base en Libye et ce nouveau foyer sera, si on le laisse prospérer, aussi terrifiant que celui du Moyen-Orient. La Libye est "incontestablement le grand dossier des mois qui viennent" (Manuel Valls).

Vous pouvez parier, sans risque, que, immédiatement après le deuxième tour des régionales, ce nouveau cancer sera à la une de tous les médias. Il y a déjà un court article dans La Croix du 3 décembre. Si vous avez le Pluzz, regardez l'émission de C dans l'air (sur France 5) du 2 décembre : si vous n'êtes pas un habitué de cette émission, sachez que, en général, les "invités" sont modérés, compétents et pleins de bon sens : vous serez édifié, ou angoissé, par ce qu'ils y affirment.

J'ai déjà dit que, selon moi, l'envoi du Charles de Gaulle en face de la Syrie n'était pas nécessaire : les forces antérieures étaient largement suffisantes pour donner à la France le droit d'exprimer son point de vue. Il eût mieux valu parfaire la préparation de notre porte-avions pour pouvoir l'envoyer, quand nécessaire, en face de la Libye. Certes, il y avait une échéance électorale qui imposait une démonstration de force immédiate.

Les militaires affirment que l'armée française est au taquet : elle ne peut pas faire plus. C'est probablement presque vrai. En tout cas, elle ne peut pas, seule et sans le Charles de Gaulle, intervenir massivement en Libye.

Ceci dit, François Hollande s'est révélé un chef de guerre efficace, voire audacieux, et Le Drian lui-même reconnaît qu'il dispose de peu de temps pour sa campagne en Bretagne : nous sommes en guerre, et pour longtemps. On peut donc croire légitimement que l'exécutif saura prendre les bonnes initiatives. Il va de soi que la droite et l'extrême droite donneront leur accord.

Et le dîner avec Obama dans un hôtel trois étoiles ? Il est facile d'en connaître le menu, mais pas le coût. Je suppose que ce petit geste a été offert par François Hollande et payé sur ses propres deniers. Dans ce cas, la discrétion sur le prix du cadeau est tout à l'honneur de notre président.

Et les quarante mille chômeurs de plus ? Chut ! Nous sommes en guerre vous dis-je ! Ce n'est pas le moment de saper le front national, euh, pardon, l'unité républicaine.Selon moi, François Hollande prépare son avenir pour 2027 : en ces jours là, il sera presque aussi jeune que monsieur Juppé ne l'est aujourd'hui. Pour 2017, il est désormais acquis, et les prochains jours le confirmeront, que, face à Marine Le Pen, François Hollande serait balayé comme fétu de paille.

En vidéo sur le même thème :  Libye : Daech tente d'élargir son influence

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité