Le 17 juillet 2014, le boeing 777 de la Malaysia Airlines s’écrasait dans l’Est de l’Ukraine, causant la mort des 298 passagers et membres de l’équipage. Un an après, où en est l’enquête ?

Il y a un an jour pour jour, le vol MH17 de la Malaysia Airlines, qui effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur avec 298 personnes à son bord, se crashait  dans le ciel ukrainien ne laissant aucun survivant. Un an après, les Pays-Bas et l’Australie, qui ont été les plus touchés par ce drame, rendent hommage aux victimes, l’occasion de faire le point sur l’enquête.

Lire aussi - Crash du vol MH17 en Ukraine : la vidéo qui choque

Le boeing 777 s’était écrasé à proximité de la frontière russe, zone d’affrontements entre les autorités ukrainiennes et les séparatistes pro-russes. L’hypothèse la plus probable est que l’avion aurait été abattu par un missile sol-air, comme le rapporte Les Echos.

Les gouvernements occidentaux ont rapidement soupçonné les rebelles pro-russes. Mais la Russie a remis la cause sur l’armée ukrainienne. Tandis que les Ukrainiens ont donné les deux enregistreurs de vol de l’appareil à des experts britanniques pour prouver leur bonne foi. Par ailleurs, l’enquête s’est avérée difficile à mener sur la zone de crash car cele-ci n’est pas sécurisée.

Lire aussi - Crash du vol MH17 : les incroyables histoires qui entourent ce drame

En septembre 2014, les enquêteurs néerlandais avaient fait part des premières conclusions de leurs investigations avant de rendre leur rapport définitif en octobre. D’après eux, "le Boeing a été perforé par un grand nombre de projectiles lancés à grande vitesse entraînant sa dislocation en morceaux en vol", ce qui va dans le sens de l’hypothèse d’un tir de missile. Toutefois, on ne connait toujours pas l’origine de ce tir.

La Malaisie veut juger les responsables du crash

Publicité
La Malaisie a récemment demandé au Conseil de sécurité des Nations unies d’établir un tribunal international afin de juger les responsables de l’accident. Une initiative critiquée par le président russe Vladilmir Poutine. De leurs côtés, des proches des victimes du crash ont décidé de porter plainte contre un ancien chef séparatiste russe qu’ils soupçonnent d’être responsable de ce tir. Les conclusions définitives de l’enquête menée par les Pays-Bas qui seront rendues en octobre permettront certainement d’en savoir plus.

Vidéo sur le même thème : Vol MH17 : la vidéo qui choque