Mardi 12 Février, la Corée du Nord vient de lancer son troisième essai nucléaire depuis 2006. Le Conseil de Sécurité de l’ONU se réunit en ce moment même afin de réfléchir à comment réagir à cet acte de provocation.

Un troisième essai

Il est 11h57 en Corée du Nord lorsqu’une explosion souterraine est déclenchée à 1 km de profondeur. La puissance dégagée par cette explosion s’avère être entre 6 et 7 kilotonnes. Ce test est le troisième du genre, après ceux effectués en 2006 et 2009. Cependant les deux premiers avaient été considérés par les spécialistes comme des semi-échecs, alors que ce dernier a été décrit comme "réussi de façon parfaite" par Pyongyang. Le régime avait prévenu le 24 janvier de l’imminence d’un essai tel que celui-ci. Une semaine auparavant une vidéo de propagande, utilisant des images américaines, montrait une ville ressemblant fort à New-York attaquée par des missiles.

Une provocation délibérée

Le choix de cet essai s’est fait bien sûr contre l’avis de la Chine, des Etats-Unis et de L’ONU. Quand Ban Ki-Moon secrétaire général de l’ONU parle d’une "violation claire et grave des résolutions du Conseil de Sécurité", Obama, lui, "dénonce un acte hautement provocateur". Cet essai est une provocation délibérée de Kim Jong-un contre les Etats-Unis. Il faut rappeler que le choix de la date est intéressant, car l’essai a été programmé quelques heures avant le discours sur l’état de l’Union d’Obama à Washington qui porte notamment sur le thème de la dénucléarisation de la planète.

Pourquoi cet essai inquiète-t-il tant ?

Publicité
La Corée du Nord a annoncé avoir fait exploser une bombe miniaturisée. Après le lancement de la fusée Unha-3 le 12 décembre, progrès balistique majeur,cet essai est une étape de plus vers la création d’une tête nucléaire. Contrairement aux précédents essais, le nouveau pourrait avoir utilisé à la place du plutonium, de l’uranium.  Un autre pas vers la tête nucléaire. C’est l’addition de tous ces éléments qui préoccupe tant. La création d’une tête nucléaire permettrait la possession d’un missile à longue portée par la Corée du Nord. Loin de vouloir l’utiliser, ce qui reviendrait à un suicide, la Corée du Nord destabiliserait encore plus l’Asie orientale.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité