Avant la Suède vendredi, plusieurs villes européennes ont été attaquées par les terroristes depuis quelques mois avec ce mode opératoire. Une méthode privilégiée par l'Etat islamique. 

Un camion a renversé plusieurs passants vendredi après-midi à Stockholm, en Suède, faisant 4 morts et une quinzaine de blessés. L'auteur de l'attaque serait un Ouzbek de 39 ans, sympathisant de Daech, selon les médias suédois. 

Cette attaque qualifiée d'attentat par les autorités suédoises "rappelle de nombreux actes terroristes revendiqués par l'État islamique", explique Le Figaro. Ce mode opératoire a en effet été utilisé à plusieurs reprises depuis plusieurs mois :

- A Nice le 14 juillet 2016, où le terroriste avait foncé sur la foule avec un poids lourd, faisant 86 morts et 400 blessés ; 

- A Berlin en décembre 2016, où le terroriste a foncé sur la foule lors du marché de Noël, faisant 12 morts et 48 blessés ; 

- A Londres le mois dernier, où le terroriste a foncé sur des piétons sur le pont de Westminster, faisant 5 morts et plusieurs blessés. 

Toutes ces attaques avaient été revendiquées par le groupe terroriste autoproclamé Etat islamique. Et ce mode opératoire est privilégié. "Dans un long message audio diffusé en septembre 2014, Abou Mohammed Al-Adnani, considéré par les services de renseignement occidentaux comme le porte-parole de l'État islamique, appelait en effet ses partisans à mener des attaques avec n'importe quels moyens, y compris en fonçant sur leurs ennemis depuis un véhicule", rappelle Le Figaro

Publicité
Face à ces attaques qui se répètent, des villes prennent désormais des mesures particulières lors d'événements, en bloquant notamment les accès à certaines artères en installant des blocs de pierre et autres barrages de sécurité. 

A lire aussi -Attentat à Stockholm : ce que l'on sait sur le camion qui a foncé dans la foule 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :