Un second message mettant en scène les otages français enlevés au Cameroun a été envoyé à plusieurs médias nigérians. Dans la bande-son, peut être extraite d'une vidéo, la famille  semble à bout de force.

La situation se dégrade pour les otages français enlevés au Cameroun. Alors qu'un premier enregistrement vidéo avait été diffusé le 26 février, seule une version sonore a été diffusée cette fois-ci. On peut y entendre le père de la famille des sept Français enlevés au Cameroun lire un communiqué du groupe Boko Haram. Celui qui a été identifié comme Tanguy Moulin-Fournier selon l'AFP, évoque les conditions de détention particulièrement difficiles dans lesquelles lui et sa famille se trouvent : "nous sommes détenus depuis 25 jours dans un endroit désertique. Nos conditions de vie sont très dures, notamment pour les enfants. Nous perdons nos forces chaque jour et commençons à être malades. Nous ne tiendrons pas longtemps".

Publicité
L'otage rappelle également les exigences de ses ravisseurs, des membres de la secte islamiste Boko-Haram, qui exigent la libération de partisans au Cameroun et au Nigeria. Pour ce faire il exhorte l'ambassadeur de France à "tout mettre en œuvre pour qu’une solution soit trouvée". De même, le président du Cameroun, Paul Biya, est interpellé : " ils nous libérerons si vous libérez les hommes qui ont été arrêtés au Cameroun" poursuit-il. Le communiqué se termine par une menace " Boko Haram ne veut pas entrer en conflit avec le Cameroun, mais si vous arrêtez à nouveau leurs membres, ils multiplieront les enlèvements et les opérations suicides avec plus de vigueur qu’au Nigeria".

Voici la vidéo du premier enregistrement des otages français. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité