Lors de son premier discours devant les parlementaires européens à Strasbourg, François Hollande a appelé à "faire des économies" dans le budget européen et ce, afin de ne "pas affaiblir l’économie". Tout ce qu’il fallait retenir de son intervention.

Il n’a pas mâché ses mots. Alors qu’il prenait la parole devant les députés européens pour la toute première fois depuis sa victoire à l’élection présidentielle, François Hollande a clairement donné son point de vue sur l’économie de la zone euro. Dans le Parlement de Strasbourg, le chef de l’Etat a en effet affirmé qu’il faillait "faire des économies" dans le budget européen. Favorable à un "compromis raisonnable", il a également déclaré : "faire des économies oui, affaiblir l’économie non". Deux jours avant l’ouverture du sommet de Bruxelles qui doit aboutir à l’adoption du budget de l’Union européenne pour les six prochaines années, le président français a prévenu qu’ "un compromis est possible mais il doit être raisonnable et donc il va falloir raisonner ceux qui veulent imputer le budget européen au-delà de ce qui peut être accepté".

Hollande a décliné quatre principesEt alors que les négociations qui se sont d’ores et déjà engagées entre les dirigeants européens se sont avérées quelque peu difficiles,  François Hollande a résumé sa pensée en quatre principes : "un niveau de dépenses qui préserve les politiques communes", "une politique de cohésion pas seulement pour les pays bénéficiaires mais pour l’ensemble de l’Europe", "une politique agricole qui permettre de renforcer une industrie précieuse, de respecter l’environnement" et "un pacte financier qui doit prolonger le pacte de croissance". Le chef de l’Etat a par ailleurs estimé que "l’intérêt national était en train de prendre le pas sur l’intérêt européen".

Publicité
Pas d’Europe à la carte"S’il est vrai que la crise de la zone euro est désormais largement derrière nous, nous sommes loin d’en avoir tiré toutes les conséquences. Ce qui nous menace, n’est plus la défiance des marchés, mais c’est celle des peuples", a lancé le président Français. Sans directement citer le Premier ministre britannique David Cameron - qui souhaite un référendum d’ici 2017 pour décider du maintien ou non de son pays dans l’UE – il a poursuivi : "l’Europe ne peut se contenter d’être un marché, un budget, une monnaie, elle ne peut pas non plus être une somme de traités". Et d’insister : "l’Europe est avant tout une volonté politique, c’est-à-dire un engagement où chacun accepte un équilibre des droits et des obligations, où les règles sont respectées, où la confiance crée la solidarité, un projet où on ne peut pas discuter sans cesse des acquis et remettre tout en cause à chaque étape".

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité