Brexit : bonne ou mauvaise nouvelle ?

Apparemment, le Brexit est une mauvaise nouvelle. Il affaiblit l'Europe, économiquement, financièrement et politiquement. Face aux Etats-Unis, à la Chine et aux autres poids lourds, chacun va essayer de tirer son épingle du jeu et de profiter au mieux des opportunités laissées par cette période de flou.

Apparemment, le Brexit affaiblit surtout la Grande-Bretagne. Celle-ci va-t-elle éclater politiquement ? La City va-t-elle garder son statut de plus grande place financière européenne ? Les rapports privilégiés entre les Anglais et les autres Européens vont-ils être maintenus ?

Le Brexit va imposer, de fait, une révision de tous les accords en cours. C'est un travail de titans qui va, inévitablement, demander beaucoup d'énergie et donc beaucoup d'argent. Est-ce que ce sera une opportunité pour améliorer le maquis des relations internationales ? Rien n'est moins sûr.

Et pourtant, selon moi, le Brexit est une bonne nouvelle. Comme l'ont noté la plupart des commentateurs, la question posée n'était pas "to be in or to be out ?" mais "peut-on encore faire confiance à nos élus ?" : de l'autre côté du "Channel", comme sur le Continent, la réponse s'impose peu à peu : c'est NON ! Il est urgent de le proclamer, même si le prétexte choisi par David Cameron était plus que maladroit.

Le "plafond de verre" est au-dessus de la moitié des votants. Cela ne veut pas dire que les extrémistes vont prendre le pouvoir. Une fois de plus, Marine Le Pen passe à côté de l'essentiel. La France d'en bas ne demande pas un Frexit, mais une remise en cause de la mondialisation sauvage engagée au seul profit des milliardaires, des multinationales et de leurs apparatchiks.

En vidéo sur le même thème : Brexit : l'Europe a-t-elle un plan ?

Publicité