Cinq jours après la disparition d’un Boeing de Malaysia Airlines en mer de Chine, les autorités malaisiennes envisagent que l’appareil ait radicalement changé de cap en plein vol. Leurs recherches se concentrent désormais sur la mer d’Andaman, au large de la Thaïlande.

©AFP

Cela fait maintenant cinq jours que plusieurs nations asiatiques tentent en vain de retrouver la trace du Boeing de Malaysia Airlines qui a disparu en mer de Chine samedi. Et alors que plusieurs pistes ont été envisagées, sans qu’aucune d’entre elles ne soient véritablement privilégiée, les autorités malaisiennes ont décidé ce mercredi de déplacer leurs équipes à plusieurs centaines de kilomètres vers l’ouest du pays. Les recherches au large du Vietnam sont donc temporairement interrompues au profit de la mer d’Andaman, au large de la Thaïlande et au nord de la Malaisie. En effet, les autorités envisagent que le vol MH370 au départ de Kuala-Lumpur et à destination de Pékin ait pu radicalement changer de trajectoire.

Publicité
"Nous ne laissons rien au hasard"Selon elles il est fort possible que l’avion ait coupé tous ses moyens de communication avant d’opérer un véritable changement de cap vers l’ouest. Après avoir décollé à 00h41 de Kuala Lumpur, l’appareil a été repéré par les radars civils vers 1h30 du matin samedi au large des côtes vietnamiennes. Et alors que les premières recherches se sont concentrées sur cette zone, les enquêteurs soupçonnent que le Boeing ait prolongé son vol d’1h10 pour mettre le cap à l’Ouest. Une piste créditée par le fait que l’avion n’a pas envoyé de signaux de détresse et qu’il aurait été repéré pour la toute dernière fois à 2h40 du matin au-dessus d’une petite île dans le détroit de Malacca, soit bel et bien à l’Ouest du Vietnam. "Nous ne laissons rien au hasard. Nous devons explorer toutes les possibilités", a justifié le chef de l'aviation civile malaisienne, Azharuddin Abdul Rahman.

Quant à savoir pourquoi l’appareil aurait dévié de sa trajectoire initiale, toutes les pistes sont encore envisagées et notamment celle d’un problème technique ou d’un attaque terroriste.

Vidéo : la Malaysie étend ses recherches