Le Sénat italien a voté : Silvio Berlusconi a été déchu ce mercredi de poste de son sénateur. Devenu inéligible pour plusieurs années, le Cavaliere a déploré cette décision mais n’a pas dit son dernier mot. Il entend continuer à se battre.

© Abaca Press

Clap de fin pour Silvio Berlusconi ? A 77 ans, celui qui a été président du Conseil à quatre reprises a été destitué de son poste de sénateur ce mercredi. Le Sénat italien a voté à la majorité son éviction, en vertu d’une loi de 2012 destinée à assainir la vie politique et qui prévoit l’expulsion des parlementaires condamnés à de la prison. Silvio Berlusconi a donc finalement été rattrapé par ses problèmes de fraudes fiscales, pour lesquelles il a été condamné en juillet dernier à quatre de prison.

« C'est un jour de deuil »« C'est un jour amer, un jour de deuil » a déclaré hier Silvio Berlusconi, la main sur le cœur. « Aujourd'hui, en vous regardant dans les yeux, je vois que l'émotion n'est pas seulement la mienne mais aussi la vôtre » a-t-il lancé à ses partisans, qui étaient venus se rassembler devant chez lui. « C’est un jour de deuil pour la loi, pour le droit, pour la démocratie » a répété un Silvio Berlusconi qui n’a visiblement pas perdu son sens de la mise en scène et du spectacle.

Publicité
« Je ne me retirerai pas dans un couvent »Devenu inéligible, me Cavaliere n’entend toutefois pas rendre les armes. « Le dirigeant du centre-droit n'est plus sénateur » a-t-il déclaré en parlant de lui, mais « même sans être parlementaire, on peut continuer à combattre pour notre liberté ». « Je ne me retirerai pas dans un couvent, nous sommes ici, vous êtes ici, nous serons là » a ajouté celui qui restera malgré tout à la tête de son parti, Forza Italia.

En vidéo : Silvio Berlusconi ne s'avoue pas vaincu

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité