Plus de huit ans après la libération de Natasha Kampusch, une jeune femme dont la séquestration à Strasshof, dans une pièce de six mètres carrés, avait ému le monde entier, on sait avec quasi-certitude que son ravisseur n'avait pas de complices.

Que s’est-il réellement passé pendant les huit années de captivité de Natasha Kampusch, cette jeune Autrichienne enlevée et séquestrée  par Wolfgang Priklopi, alors qu'elle avait dix ans ? Seul son ravisseur le sait. Mais il a emporté son secret dans la tombe, le jour où s'est suicidé en apprenant l'évasion de Natasha. Une forte présomption ressort pourtant de l'étude des 10 000 heures d'enquête et des 300 000 pages de rapports : l'homme aurait agi seul.

Pas de liens avec le milieu pédophile"Il est pratiquement certain que Wolfgang Priklopil a procédé seul à l'enlèvement", a déclaré le président de la BKA, la police criminelle fédérale allemande, Jörg Ziercke, rapporte ParisMatch. Les rapprochements avec d'éventuels réseaux sadomasochistes ou pédophiles n'ont rien donné. Cependant, pas de quoi faire taire les rumeurs nées des nombreuses zones d'ombres du dossier. Quelles relations la fillette de dix ans, enlevée sur le chemin de l'école, entretenait-elle avec son ravisseur ?

Publicité
Un bébé enterré dans le jardin ?Celle qui est désormais une jeune femme est toujours restée discrète sur le sujet. Elle a toujours exclu l'éventualité d'un complice. Elle avait témoigné en ce sens lors du procès de sa mère, accusée d'avoir organisé l'enlèvement pour masquer les abus sexuels dont Natasha aurait été victime. Mais sur ses liens avec Wolfgang Priklopil ou sur le bébé qui serait né de leur union, dont on dit qu'il serait enterré dans le jardin, elle n'a jamais voulu s'exprimer. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :