Les autorités australiennes ont récemment mis en place une nouvelle technique pour lutter contre les attaques de requins : équiper les squales de petits émetteurs qui envoient un tweet lorsqu’ils s’approchent des côtes.

Des requins 2.0 en Australie. Alors que les abords de cette île sont fréquemment fréquentés par les requins blancs, les autorités australiennes ont récemment mis au point une nouvelle technique pour éviter qu’ils attaquent les hommes. Selon les informations de France 2, elles ont en effet équipés les squales de petits émetteurs, lesquels transmettent la position des animaux mais aussi, et surtout, envoient un message sur le réseau social Twitter lorsqu’ils s’approchent un peu trop près des côtes. Ces tweets sont ensuite diffusés aux autorités et aux twittos qui suivent le compte ©SLSWA (Surf Life Saving WA). "Le tweet donne trois informations : la taille, l'espèce et l'emplacement approximatif du prédateur", a par ailleurs précisé TF1 sur son site avant d’ajouter que cette nouvelle technique se montre plus efficace que les survols en hélicoptère. Avec cette méthode employée jusqu’à présent,"l’information arrive véritablement le jour d’après, à un moment où le danger s’est depuis longtemps manifesté et où n’est plus pertinente", a d’ailleurs expliqué à TF1 Chris Peck, un membre de la SLSWA.

Publicité
Une technique critiquéeMais alors que cette nouvelle technique a de quoi ravir les surfeurs et baigneurs australiens, les défenseurs des requins s’inquiètent des conséquences négatives que ce système d’émetteurs reliés à Twitter pourrait avoir à long termes sur les squales. "Cela va avoir une influence sur l’extermination des grands requins blancs et d’autres espèces en danger", a en effet déploré Ross Weir, un militant au micro de TF1. Selon lui, "c’est simplement une réaction brève qui ne se base sur aucune science".

Vidéo : un requin blanc attaque un bâteau de pêche

Publicité