Afin de sauver certaines espèces endémiques, le gouvernement australien veut abattre deux millions de chats. Indignée, Brigitte Bardot a écrit une lettre au ministre de l'environnement.

L'Australie à pris la décision d'abattre deux millions de chats sauvages d'ici 2020. Selon les chiffres du gouvernement, ces derniers seraient à l'origine de la disparition de 10% des espèces endémiques à cette région du monde. Furieuse, Brigitte Bardot s'oppose au projet. Selon elle, tuer n'est pas la solution.

À lire aussi - L'Australie veut tuer 2 millions de chats : voici pourquoi

"Tuer deux millions de chats sur une population estimée à 20 millions est une honte", a déclaré l'ancienne mannequin dans une lettre adressée au ministre australien de l'Environnement, Greg Hunt. Celui-ci expliquait récemment que ces animaux "représentent un tsunami de violence et de mort pour les espèces indigènes". Etant une fervente défenseuse des animaux, Brigitte bardot a préconisé la stérilisation des félins, plutôt que leur "massacre". "Il n’y a pas d’alternative que de stériliser. Les chats opérés défendent leur territoire mais ils ne peuvent plus se reproduire", a-t-elle fait valoir. 

les chats, une catastrophe écologique

L'Australie compte près de 20 millions de chats sur son territoire. Ces derniers sont "déjà responsables de la disparition d'une douzaine d'espèces", si l'on en croit Europe 1. De même, leur prolifération sur le continent met en péril la survie de 140 espèces d'oiseaux, de reptiles et de petits mammifères". Certains pensent qu'abattre les chats est une solution mais pour certaines associations de défense des animaux comme Peta et Animals Australia, il s'agit d'une mesure cruelle et "inefficace sur le long terme".

Publicité
Par ailleurs le patron d'Australian Wildlife Conservancy (AWC), Atticus Fleming, estime qu'il n'y a pas d'autres solutions et qu'il est temps d'agir. "Il faut le faire de façon aussi humaine que possible mais oui, éliminer deux millions de chats est nécessaire", a-t-il même ajouté.

Vidéo sur le même thème : Quand Bardot écrit à la chatte de Lagerfeld