Deux mois après les attentats de Paris et malgré les remontrances du CSA, la chaîne d’info en continu i>Télé, commet une nouvelle bourde, cette fois lors de l'attentat qui s'est produit à Tunis ce 18 mars.

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) avait rappelé à l’ordre les chaînes de radios et de télévisions au sujet du traitement médiatique des attentats de Paris. Deux mois plus tard, certains médias ne semblent pas avoir retenu la leçon. Ce mercredi, deux hommes armés ont pris des touristes en otages au musée national du Bardo à Tunis, tuant 18 touristes étrangers, dont deux Français, et deux Tunisiens. La chaîne d’info en continu i>Télé a diffusé des informations concernant la localisation des otages retenus par les terroristes, rapporte Libération.

Lire aussi -Attentats à Paris : les médias auraient-ils informé les terroristes ?

Trop d’info tue l’info

i>Télé a diffusé en direct l’interview accordée par une touriste française en pleine prise d’otages. Géraldine était au téléphone avec la journaliste. "Géraldine, vous êtes retranchée au troisième étage", a révélé Myriam Bounafaa, donnant ainsi des informations précises sur le lieu où se trouvaient les otages.

Lire aussi -Attaque de Tunis : deux Français ont été tués, les terroristes identifiés

La touriste française a alors expliqué : "On est une quarantaine retranchés dans une salle. Une salle de mosaïques. On est un peu paniqués, on entend beaucoup de bruits. Il n'y a plus de tirs à l'extérieur, mais on entend beaucoup de cris... à l'extérieur. Et donc on est tous retranchés, par terre, dans une salle. On entend des... Oh... Ça tire, ça tire...". La journaliste a ensuite demandé : "Vous avez le sentiment que les tirs s'approchent de là où vous vous trouvez ?". "On s'est tous mis au sol. On est près d'une sorte de balcon avec des vitres", lui a répondu Géraldine. 

Myriam Bounafaa va finalement mettre un terme à la conversation : "La sécurité de Géraldine nous conduit à arrêter ce témoignage". Elle va tout de même préciser une nouvelle fois où se trouvent précisément les otages. Avant d’ajouter : "Nous reviendrons vers vous".

Publicité
L’interview a duré quatre minutes et la journaliste ne semble pas s’être rendu compte qu’elle pouvait mettre la vie des otages en danger. Le CSA a annoncé qu’il analysera la couverture médiatique de cet attentat.

Vidéo sur le même thème - Tunisie : le témoignage d'une Française en direct du musée du Bardo 

mots-clés : Tunisie, Interview

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité