Une mission de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFRPA) basée à Munich propose à un millier de réfugiés de partir pour la France.

Une mission de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFRPA) constituée d’une dizaine d’experts est à Munich depuis lundi pour sélectionner les 1 000 migrants prévus dans le plan d’urgence, indique Le Figaro.

Dans des locaux improvisés, le directeur de l’organisme, Pascal Brice, et son équipe tentent de convaincre les migrants de venir en France. Cette opération a été initiée car ce n’est pas la France qui choisit les réfugiés qui viendront en urgence sur son territoire, mais les réfugiés eux-mêmes. Pour l’instant, seuls 300 sur les 1000 prévus ont pris le bus de l’OFRPA pour rejoindre notre pays, indique le quotidien.

Des prospectus traduits en arabe distribués à la foule

Sur le terrain, les membres de la mission informent donc les migrants pour les orienter vers notre pays. "Nous leur faisons savoir qu’ils existe une possibilité de venir en France", explique Pascal Brice au Figaro qui indique que "des prospectus traduits en arabe ont même été distribués à la foule."

Si le migrant est intéressé, celui-ci se voit questionné par le personnel de l’OFRPA qui vérifie sa nationalité, son identité et la cohérence de son récit. Si celui-ci répond aux critères, il est envoyé en France où il passera un entretien supplémentaire avant que la formalisation juridique de son statut de réfugié ne lui soit octroyée. Quant à savoir si de possibles djihadistes se cachent parmi les réfugiés, Pascal Brice indique que "les pouvoirs publics font le nécessaire".

A lire aussi Migrants : la peur de djihadistes infiltrés est-elle justifiée ?

Publicité
Au total, la France accueillera 24 000 réfugiés, en plus des 9 000 initialement prévus. Les autres réfugiés seront sélectionnés via des "centres de tri" placés dans les pays périphériques.

Vidéo sur le même thème : Comment distinguer les migrants économiques des réfugiés ?