Selon les experts, le pilote aurait réussi à atterrir en urgence sur la surface de l’eau avant que l’appareil ne soit submergé par de puissantes vagues.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du vol QZ8501 d’AirAsia. Alors que les causes exactes du décrochage de l’avion restent à ce jour inconnues, des indices concernant les conditions dans lesquelles l’Airbus se serait détérioré ont permis aux experts d’établir un premier constat. En effet, l’avion, disparu dimanche en mer Java lors d’un orage avec 162 passagers à son bord, n’aurait pas subi un crash, mais un amerrissage d’urgence avant de couler au fond de la mer.

Aucun signe d'impact destructeur relevé

Selon les experts, l’avion a brutalement disparu des écrans radars lorsqu’il survolait la mer Java sans émettre le moindre appel de secours du cockpit. L’absence de transmission de signaux normalement émis lorsqu’un avion disparaît ou subi un crash a également été relevée. "Le transmetteur de localisation d'urgence (ELT) devrait fonctionner lors d'un d'impact, que ce soit sur terre, en mer ou sur un versant de montagne, et mon analyse est que cela n'a pas fonctionné car il n'y a pas eu d'impact majeur lors de l'atterrissage", a rapporté Dudi Sudibyo, rédacteur en chef du magazine d'aviation Angkasa. Selon lui, le commandant de bord, un ancien pilote de l’armée expérimenté, aurait réussi à "atterrir sur la surface de l’eau".

Chappy Hakim, un ancien pilote, a également expliqué à l’AFP que, selon ses conclusions, "l’avion n’a pas explosé en vol et n’a pas été victime d’un impact en touchant une surface" puisque dans ce cas précis, "les corps ne seraient pas intacts".

Un processus d'évacuation aurait été entamé

Si, selon les informations de L’Obs, 48 heures se sont écoulées avant que les équipes de recherches ne découvrent les premiers débris, ces derniers ont renforcé l’hypothèse d’un atterrissage d’urgence. En effet, parmi la liste des objets retrouvés figurent une porte de secours et un toboggan gonflable, ce qui laisse penser qu’un processus d’évacuation a pu être mis en place quelques minutes seulement après l’amerrissage de l’Airbus. Mais de hautes vagues ont certainement heurté l’avion et les passagers de plein fouet, les entrainant au fond de la mer. 

Publicité
Les équipes de recherche tentent de retrouver les boîtes noires de l’appareil qui pourront apporter les informations nécessaires quant aux circonstances du décrochage. Selon l’Express, 16 corps ont été repêchés depuis le début des opérations.

Vidéo sur le même thème : AirAsia : les familles sous le choc

Publicité
Publicité