Après quelques jours d’accalmie, les affrontements entre les forces spéciales et l’opposition ont repris mardi à Kiev (Ukraine). Vingt-cinq personnes sont décédées la nuit dernière et le centre de la ville est littéralement en flammes. Les images.

La place de l’Indépendance s’est embrasée à Kiev

L’Ukraine s’enfonce dans la violence. Les affrontements entre les forces spéciales et l’opposition ont repris de plus belle dans la nuit de mardi à mercredi, après quelques jours d’accalmie. Les combats ont en effet repris mardi. Ils se sont soldés par la mort de 25 personnes, selon le dernier bilan établi par le ministère de la Santé. Quelques 241 blessés, dont 79 policiers et 5 journalistes, seraient également à déplorer. Le journal Vesti a par ailleurs indiqué que l’un de ses journalistes a été tué par balle par des inconnus non loin du lieu des affrontements.

Et alors que les Américains et les Européens ont sommé le président Viktor Ianoukovitch de reprendre le dialogue avec ses opposants, le gouvernement polonais ne cache pas ses craintes de voir éclater une véritable guerre civile dans les prochains jours. "Ces soi-disant hommes politiques ont tenté de prendre le pouvoir en violant la Constitution par la violence et les meurtres", a lancé le président ukrainien au cours de la nuit dernière, avant de prévenir que  les coupables "comparaîtraient devant la justice".

La contestation qui sévit actuellement dans ce pays est née du volte-face fait en novembre dernier par le pouvoir ukrainien. Celui-ci a renoncé subitement à un rapprochement avec l'Union européenne pour se tourner vers Moscou. "Le pouvoir a déclenché une guerre contre son propre peuple", a ainsi récemment déclaré un leader de l’opposition, l'ancien champion de boxe Vitali Klitschko.

Publicité