L'Allemagne compte bien faire profiter son économie de l'arrivée de plusieurs milliers de migrants sur son territoire. Découvrez comment.

Près de 800 000 nouveaux migrants devraient arriver cette année en Allemagne, a récemment annoncé la chancelière Angela Merkel.  Une certaine générosité qui s’expliquerait, entre autres, par les conséquences qu’elle aura sur l’économie du pays. En effet, l’Allemagne compte tirer profit de cet afflux en se servant des migrants pour combler son manque de main d’œuvre. "Avec un chômage au plus bas et une population vieillissante, les milliers de candidats à l’asile sont considérés de plus en plus comme une manne précieuse pour les entreprises", souligne Europe 1  ce lundi. Et la radio de préciser sur son site qu’actuellement "il manque en Allemagne 140 000 ingénieurs, programmateurs et techniciens".

A lire aussi Loire : un maire accepte d’accueillir uniquement les migrants chrétiens

Pour combler la pénurie de travailleursEn effet, nos voisins d’outre-Rhin ont en tête d’intégrer rapidement ces migrants pour qu’ils puissent participer à l’économie du pays le plus vite possible. Car avec un taux de chômage au plus bas depuis la Réunification (6,4%), l'Allemagne peine à trouver des travailleurs. Et la situation ne devrait pas s’arranger si l’on en croit l’Institut Prognos, lequel prévoit un manque d’1,8 million de personnes en 2020 et de près de 4 millions en 2040, écrit Europe 1. Sauf si plusieurs milliers de migrants s’installent et s’intègrent dans le pays.

Publicité
Conscient de cette force vive, le gouvernement allemand a d’ailleurs récemment martelé : "les gens qui viennent chez nous en tant que réfugiés doivent rapidement devenir des voisins et des collègues". Un budget exceptionnel de 6 milliards d’euros a également été débloqué pour aider les communes accueillant des migrants à construire les infrastructures nécessaires à leur accueil. Les conditions d’embauche des migrants devraient par ailleurs être assouplies.

Vidéo sur le même thème – Accueil triomphal pour les migrants en Allemagne