Cent-six personnes, dont 80 anciens policiers et pompiers new-yorkais ont été inculpés ce mardi pour une vaste arnaque touchant aux pensions d’invalidité. Ils sont accusés d’avoir simulé des troubles post-traumatiques pour toucher des indemnités.

© AFP

Pas moins de 106 personnes ont été inculpées ce mardi pour une vaste fraude à la pension d’invalidité après les attentats du 11 septembre. Parmi eux, 80 anciens pompiers et policiers new-yorkais, qui sont accusés d’avoir menti pour toucher des indemnités. Une arnaque qui a coûté des millions de dollars aux contribuables américains et qui choquent les victimes et les proches des disparus dans la tragédie du 11 septembre 2001.

De fausses déclarationsAfin de toucher une pension d’invalidité, la plupart avaient déclaré souffrir de stress post-traumatique, de troubles psychiques, de dépression, et d’être incapables de travailler. Leurs demandes de pension indiquaient qu’ils ne sortaient quasiment plus de chez eux, qu’ils ne voyageaient plus et n’avaient peu ou plus d’interaction sociale. En réalité, beaucoup étaient en parfaite en santé, l’un d’eux pilotait par exemple son hélicoptère, un autre jouait au blackjack à Las Vegas, un autre faisait du jet ski et un autre enseignait les arts martiaux, rapporte l’acte d’accusation.

Des fraudeurs bien conseillésUne arnaque mise au point avec la complicité de quatre hommes : Raymond Lavallée, avocat de 83 ans, Thomas Hale, 89 ans, Joseph Esposito, un ex-policier new-yorkais de 64 ans, et John Minerva, 61 ans, consultant spécialisé dans les questions d'invalidité. Ces derniers les avaient conseillés dans leurs démarches, notamment sur ce qu’ils devaient dire aux médecins pour que leurs dossiers soient validés.

Publicité
« Ils ont déshonoré les équipe de secours qui ont servi leur ville au prix de leur propre santé et sécurité »Si certains souffraient effectivement de troubles pour lesquels une aide aurait pu leur être versée, ils ne pouvaient en revanche prétendre à une pension. Les fraudeurs auraient ainsi touché environ 210 000 dollars chacun, certains jusqu’à 500 000 dollars. « Beaucoup des participants (à cette escroquerie) ont de façon cynique prétendu souffrir de maladie mentale comme un résultat du 11-Septembre, déshonorant les équipe de secours qui ont servi leur ville au prix de leur propre santé et sécurité » a déclaré ce mardi Cyrus Vance, le procureur de Manhattan, indiquant que cette fraude pénalisait ceux qui souffraient réellement de stress post-traumatique et dont la situation nécessitait une aide financière.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité