Un homme s’est amusé à tester la chose qui a probablement le pire goût sur Terre. Le produit n’est pas très connu, mais il peut sauver des vies. Explications…

Quelle est-donc la chose qui a le pire goût ? Un rat mort ? Une pâte cuite vieille de deux mois ? Un produit pour les toilettes ? Rien de tout cela. Atlas Obscura, cité par le magazine Slate, donne sa réponse. Et il s’agit du… benzoate de dénatonium.

"Cette chose" ne vous dit sûrement rien. Pourtant, ce sel benzoïque, découvert dans les années 1950, peut sauver la vie des enfants. Comme l’expliquait, en 1985, un article du New Scientist, le benzoate de dénatonium permet d’empêcher les moins précautionneux d’avaler des produits potentiellement mortels. Comme des produits de ménage, de pesticides ou même de parfums.

A lire aussi - Et le bâtiment le plus moche de France est…

"La réponse sensée est de faire en sorte que le goût de ces produits ménagers soient si repoussant que la réaction immédiate consiste à les recracher immédiatement dès qu’il est dans la bouche. Il fallait donc un composant au goût si abominable qu’il ne pourrait pas être toléré", indiquait le magazine.

Capable de polluer une piscine olympique entière

D’ailleurs, en 2007, "cette chose" avait "combattu" la drogue du viol. En effet, un fabricant de jouets appelé Aqua Dots, avait découvert que l’un de ses jouets était recouvert d’un produit chimique qui, une fois métabolisé, se transforme en GHB. La drogue du viol.

Sans forcément le savoir, le benzoate de dénatonium se trouve chez vous. "En fait, il y a un goût terrible qui se cache partout dans votre maison", écrit Atlas Obscura. "Pourquoi vous n’y avez jamais goûté? Et bien, disons que, si le goût en question fait bien son travail, vous n’y goûterez jamais".

Le site indique qu’"une seule goutte de Bitrex peut donner un goût horrible à un million de molécules d’eau". Une piscine olympique entière peut être polluée avec une seule cuillère de ce produit.

Publicité
Cette chose a-t-elle vraiment le pire goût au monde ? Demandez-donc à ce jeune homme, qui passe son temps à poster des vidéos sur YouTube où on le voit goûter des choses hideuses. Et le moindre que l’on puisse dire, c’est que le benozate de dénatonium n’est pas bien très passé pour lui. Au bout de quelques secondes, on voit le testeur frissonner, convulser, pleurer, baver, crier…
Publicité