L’entreprise de vente en ligne américaine a publié le passage d’un roman érotique afin de faire la promotion d’une offre pour les livres numériques.

Ce n’est pas la première fois que des grandes marques font des allusions sexuelles pour vendre leur produit. Amazon, l’entreprise de vente en ligne américaine, a choisi un extrait de livre plutôt coquin dans sa publicité pour promouvoir sa nouvelle offre premium, comme l’a repéré le magazine Brain.  

Une scène de sexe pour promouvoir les livres numériques

Sur la publicité de sa bibliothèque d’ebooks ou livres numériques, on observe une liseuse au contenu très suggestif puisqu’il s’agit d’un roman de la collection Harlequin. L'ouvrage s’intitule Lola–Petite, grosse et exhibitionniste. Ce roman commence par une scène de sexe très évocatrice reprise par Amazon : "Ses seins s’écrasèrent sur le marbre froid. Elle sentit un doigt s’introduire sous le fin tissu en dentelle de sa culotte et l’arracher d’un geste sûr. Il se pencha sur elle, et le contact de sa peau chaude vint réchauffer son dos, augmentant le contraste avec la pierre froide".

Lire aussi - Salon du livre 2014 : la littérature érotique émoustille toujours

Publicité
Reste à savoir si le géant américain a choisi délibérément cet extrait ou s’il s’agit d’une erreur. Toutefois, Amazon aurait raison de choisir un roman érotique pour sa nouvelle publicité d’ebooks. En effet, les livres sentimentaux ou érotiques sont les plus vendus en version électronique. Ainsi, E.L James était numéro 1 des ventes en 2012 sur les liseuses au Royaume-Uni grâce à son roman 50 nuances de Grey. D’autre part, un tiers des ventes de l’éditeur Harlequin se fait aujourd’hui en ebook. Les lecteurs seraient moins embarrassés de lire des romans érotiques dans les transports en commun en version électronique plutôt qu’en version papier. Sur les pages en anglais, en espagnol et en italien d’Amazon l’extrait choisi ne provient pas d’un roman érotique. Le passage sexy n’est présent que sur la page française de la marque.

Vidéo sur le même thème : "Les politiques français sont pour la technologie, mais ils n'aiment pas Google, Amazon..."