Le pacu, un poisson de la même famille que les piranhas, et pouvant attendre jusqu’à 90 cm, aurait été aperçu pour la première fois en Europe le long des côtes suédoises. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire, si ce n’est la particularité de la bête d’être attirée par les testicules humains.

La nature s'est emparée de la fiction. Et désormais, faute d'actu capitale, les médias du monde entier s'emparent du phénomène. Digne des pires navets amateurs, riches en hémoglobine, l’histoire peut prêter à rire mais le pacu "mangeur de testicules" (ball-cutter fish en anglais) sévirait bel et bien.

Ce poisson, originaire d’Amérique du Sud, et sensé être végétarien, est doté de dents conçues originellement pour briser des noix. Il peut mesurer jusqu’à 90 centimètres et peser plus de 25 kilos. Mais bien loin de sa contrée en eau douce exotique, ce poisson aurait élu domicile dans le Sund, le détroit séparant la Suède et le Danemark. 

Les autorités alertent

Face au manque de végétation des côtes suédoises, le poisson aurait muté et serait devenu carnivore, attiré notamment "par la taille idéale des testicules, parfaitement ajustée à celle de leur bouche."Les autorités suédoises elles-mêmes conseillent aux naturistes de garder leur maillot de bain lors des baignades, et mettent en garde baigneurs et pêcheurs de la dangerosité d’un tel poisson. Pour le quotidien The Telegraph, "les autorités suédoises craignent que cette découverte ne soit que les prémices d’une prolifération dans les mers nordiques."

Selon Henrik Carl, journaliste et expert en poissonnerie dans un musée danois, "le pacu n’est normalement pas dangereux pour l’homme, mais il a une bonne mâchoire, il y a déjà eu des incidents, comme en Papouasie-Nouvelle-Guinée où des hommes se sont vus mordre leurs testicules."

Les spécialistes ironisent

Publicité
Pour Bernard Hugueny, chercheur au Muséum d’histoire naturelle de Paris et spécialiste en poissons tropicaux, l’histoire est une vaste fumisterie : "On dit ça de beaucoup de poissons. On m’en a parlé en Afrique. Mais ça relève plus du mythe qu’autre chose. Il n'y a quasiment personne à qui s’est arrivé, mais toujours un pêcheur pour le raconter." Quant à l'hypothèse d'une installation du pacu dans les eaux scandinaves, il n'y croit pas : "Ça vient probablement de l’aquarium d’un amateur. La probabilité de tomber sur un autre pacu est complètement exagérée."

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité