Plus d’un siècle après le naufrage du Titanic, l’ADN a permis d’élucider le mystère de Loraine Allison, une petite fille de 2 ans qui avait été déclarée morte après la catastrophe, mais dont l’identité avait été usurpée par une femme affirmant qu’elle avait survécu.

© Twentieth Century Fox

Près de 102 ans après le naufrage du Titanic, l’un des derniers mystères relatifs à la catastrophe vient d’être résolu… grâce à l’ADN, révèle le National Post. Il a permis d’établir qu’une femme qui se faisait passer pour une survivante n’était en fait qu’une imposture. L’histoire remonte donc à la nuit de 14 au 15 avril 1912, quand le paquebot réputé insubmersible heurte un iceberg et sombre dans les eaux glacées de l’Atlantique.

Loraine, « seul enfant de première et deuxième classes à mourir dans le naufrage ».   La petite Loraine Allison, une Canadienne alors âgée de 2 ans, se trouve à bord avec sa famille. Sa nourrice, Alice Cleaver réussit à embarquer à bord d’un canot de sauvetage avec son petit frère, Trevor, âgé de 7 mois, sans pouvoir en informer la famille qu’elle ne reverra jamais. La petite Loraine, dont le corps n’a jamais été retrouvé, a donc disparu dans la catastrophe et est devenue tristement célèbre grâce au titre de « seul enfant de première et deuxième classes à mourir dans le naufrage ».   

Le retour d’AllisonMais en 1940, une certaine Helen Kramer assure dans une émission de radio être Loraine Allison. Cette Britannique explique alors qu’elle a en réalité été sauvée par son père, qui l’a hissée dans un canot la confiant à un certain M. Hyde, qui l’a ensuite élevée comme sa propre fille en Angleterre. M. Hyde qui serait en fait Thomas Andrew, l’un des architectes du Titanic, lui aussi inscrit sur la liste des disparus. Ce  n’est qu’à la mort de ce dernier qu’Helen Kramer aurait appris la vérité.

Publicité
Qui était Helen Kramer ?Helen Kramer est décédée en 1992, sans que la famille Allison ne croie à son histoire. C’est sa petite fille, Debherrina Woods, qui s’est à nouveau manifestée en 2012, à l’occasion du centenaire du naufrage. Tracy Oost, médecin légiste à l’Université Laurentian d’Ontario, a alors voulu tirer cette affaire au clair et a demandé aux intéressés de se soumettre à des tests ADN. Debherrina Woods a refusé, mais sa demi-sœur a accepté. Son ADN mitochondrial (celui qui se transmet de la mère à l’enfant) a ainsi pu être comparé à celui de Sally Kirkelie, la petite-nièce de la mère de Loraine. Résultat : aucune correspondance. Helen Kramer n’était donc pas Loraine Allison. Le seul mystère qui reste est donc « qui est Helen Kramer ? » se demande Tracy Oost, citée par The Telegraph.

Vidéo : Titanic : 100 ans après, la légende de l'orgueilleux paquebot reprend vie

Publicité