Aujourd'hui, le jour de la Sainte-Catherine, on célèbre les Catherinettes. Il s'agit des femmes encore célibataires après avoir dépassé leurs 25 ans. Découvrez les origines et les détails de cette fête parfois décriée.

On fête plusieurs fois les Catherine en France au cours de l'année, mais leur célébration la plus populaire est sans doute celle du 25 novembre. Ce jour-là, indique Le mag femmes, on rend hommage à Catherine d'Alexandrie, une sainte morte vierge et en martyr. Elle aurait refusé toute sa vie de se marier et converti une armée de philosophes désireux de lui faire abandonner sa religion.

Selon la tradition, le 25 novembre est donc le jour des "Catherinettes", nommées selon cette figure chrétienne. Le terme désigne des femmes de plus de 25 ans qui ne sont pas encore mariées. Affublées de chapeaux vert et jaune souvent couverts d'objets extravagants, elles participent à un concours afin de "trouver un mari".

À lire aussi – Pourquoi le 1er novembre est-il férié ?

"Une tradition qu’il faut maintenir"

Ces drôles de couvre-chefs se réfèrent aux débuts de la tradition, née au XVIème siècle selon Le mag femmes. À l'époque, les Catherinettes n'ayant pas trouvé de mari au terme des festivités étaient chargées de "coiffer Sainte-Catherine", c'est-à-dire sa statue.

Publicité
Cet étalage de jeunes femmes en quête de mariage n'est-il pas un peu archaïque ? Selon le site de France 3, la question mérite d’être posée. D'après le sondage effectué auprès de ses lecteurs, la fête n’est pas près d’être remise en question : 32% la considèrent comme "une tradition qu’il faut maintenir", 27% y voient simplement "du folklore et de la rigolade", et seulement 14% l’estiment "dégradant(e) pour l’image des femmes".

Vidéo sur le même thème – "Comme une fille" : la marque Always fait campagne contre les stéréotypes sexistes

Publicité