L’ancien président de la République était un véritable fan du chanteur à succès. Il l’aurait même invité à déjeuner à l’Elysée.

Si on connait François Mitterrand pour l’abolition de la peine de mort, l’engagement militaire de la France dans la guerre du Golfe ou encore sa relation avec Anne Pingeot, ses goûts musicaux sont toutefois plus méconnus. Il s’avère pourtant que l’ancien président de la République était un fan inconditionnel de… Michel Sardou ! "Il connaissait toutes mes chansons. Je n’ai jamais vu ça. C’était surprenant", a raconté le chanteur lors d’une interview à la revue Schnock dont des extraits ont été publiés dans le JDD. L’ancien chef de l’Etat l’aurait même invité à déjeuner à l’Elysée. "Moi dans ma tête, je me dis que c’est un déjeuner où il va y avoir tous les artistes et je me retrouve tout seul à l’Élysée, champagne à la main. J’attends. On ouvre les portes, et je vois arriver le roi de France", a ironisé Michel Sardou.

A lire aussi - Michel Sardou aurait-il viré à gauche ?

François Mitterrand voulait mettre l'Opéra Bastille à la disposition de Michel Sardou

D’après lui, François Mitterrand souhaitait simplement faire connaissance. Il connaissait d’ailleurs tous ses tubes. Mais mieux encore : le chef de l’Etat lui aurait alors formulé quelques conseils. Passant en revue les chansons de l’artiste, il lui aurait alors dit concernant "Je suis pour" (où le chanteur prend position pour la peine de mort) que "la maladresse, c’est le titre. Vous auriez appelé ça Le Talion, vous auriez été moins emmerdé. Bon vous étiez jeune, on pardonne". Concernant la chanson "Je ne suis pas mort, je dors", François Mitterrand aurait même conseillé à Michel Sardou de l’inclure dans son tour de chants.

Publicité
Aussi, quand le projet du chanteur de remonter "Les Misérables" a pris forme, l’ancien président de la République aurait insisté pour lui mettre à disposition l’Opéra Bastille. Le producteur en charge du spectacle se montrant plutôt réticent à cette idée, Michel Sardou lui aurait balancé : "Mais tu ne payes rien ! C’est l’État français qui va te payer, c’est subventionné". Pourtant, le spectacle ne se concrétisera jamais.

En vidéo sur le même thème - Quand le président tunisien confond François Hollande avec… François Mitterrand