En tapant sur votre moteur de recherche ces quelques lettres, vous allez avoir une drôle de surprise.

Non, quoiqu’en dise Nicolas Sarkozy avec son slogan "FNPS", le parti de Marine Le Pen et celui de gauche n’ont pas fusionné. Pourtant, c’est une étrange surprise qui attend l’internaute au moment de taper "Fn.fr" dans la barre du moteur de recherche Google.

A lire aussi - "FNPS", la formule de Sarkozy que les Français ne comprennent pas

Qui pensait trouver le site du Front National ou des informations sur le parti se retrouve… sur celui de son pire adversaire politique, le Parti socialiste, comme l’a repéré Le Lab.

En langage geek, cette farce s’appelle un "trolling", et pour l’heure, le « troll » responsable de cette redirection n’est pas connu. Selon le site Numerama, "le domaine FN.fr a été créé le 11 mars 2015 par un internaute dont le nom est masqué, via le registrar In Media Veritas."

A noter que le site internet du parti frontiste n’a pas été "hacké" (« attaquer ») puisque son adresse internet n’est pas "fn.fr" mais "frontnational.com".

Publicité
S’agit-il d'une manœuvre du Parti socialiste à trois jours du deuxième tour des élections départementales ? En tout cas, le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis explique au Lab ne pas avoir été au courant de cette initiative.

Vidéo sur le même thèmeDépartementales : Jean-Christophe Cambadélis appelle au "désistement républicain"