Incroyables mais vrais! Planet.fr revient sur les faits insolites qui ont marqué cette semaine.

Pris le verre à la main en plein cambriolage

Un cambrioleur a été arrêté dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 octobre alors qu’il se payait une coupe de champagne devant la télévision d’une maison qu’il venait de visiter, rapporte l'AFP.

L’homme, âgé de 42 ans, est déjà connu des services de police pour des vols à l’étalage. Cette nuit là, l’individu visitait un pavillon de Provins, en Seine-et-Marne. Ne trouvant rien d’autre que de l’argent et un passeport, il a alors décidé d’ouvrir une bouteille de champagne. Quand les propriétaires sont rentrés chez eux, sur les coups d’une heure du matin, ils ont découvert leurs volets fermés alors qu’ils les avaient laissés ouverts au moment de partir.

Les propriétaires ont donc appelé la police qui a découvert le voleur, devant la télé, en état d’ébriété. L’individu a été présenté lundi au tribunal correctionnel de Melun après 48 heures de garde à vue.

 

Rupture de stock pour la peluche Ebola aux États-Unis

On savait que les Américains n’étaient pas tout à fait comme nous. La société Giant Microbes Inc est spécialisée dans la production et la vente de peluches éducatives en forme de microbes. Dernier modèle en date, la peluche Ebola qui connait un vrai succès. Au point que la compagnie a informé sur son site internet être en "rupture de stock" jusqu’au 15 novembre, rapporte Le Parisien.

Originaire du Connecticut, Giant Microbes Inc propose près de 150 reproductions de microbes différentes et ce en plusieurs tailles. Selon l’entreprise, "ce sont des jouets, des outils éducatifs et aussi des cadeaux amusants pour quiconque a le sens de l’humour", relate Le Parisien. Pas convaincu ? Découvrez-donc les peluches anthrax, E.Coli, botulisme ou encore dengue sur le site internet de la compagnie (en anglais).

 

Quand un prof décide que son squelette sera plus utile en classe

C’est l’histoire, pour le moins surprenante, d’un squelette comme on peut en trouver dans toutes les classes, ou pas. Une école en Roumanie expose à ses élèves le squelette d’un ancien professeur de l’établissement depuis les années soixante, rapporte le site d’information 7sur7.

Alexandru Grigore Popescu, le professeur en question, a enseigné durant 50 ans la biologie. Il avait décidé qu’au moment de sa mort, son squelette serait confié aux soins de son école pour permettre aux générations futures d’étudier l’anatomie humaine dans les meilleures conditions.

Les autorités sanitaires qui avaient momentanément retiré l’ossature de classe pour vérifier qu’elle ne comportait aucun danger, n’a pas eu d’autre choix que de la rendre à l’école. "Je pense qu’avoir notre propre véritable squelette est l’une des raisons pour lesquelles nos élèves qui poursuivent leurs études ont toujours de bons résultats en sciences, notamment ceux qui s’orientent vers la médecine", a estimé le professeur d’histoire de l’établissement.

 

 L’histoire belge de la semaine : "Heureux anniversaire" en Polonais

C’est à un pâtissier de Liège que l’on doit cette histoire drôle, mais véridique, rapporte le site Lameuse.be.

Caroline Embourg avait commandé un gâteau pour l’anniversaire de la correspondante de sa fille. Celle-ci étant polonaise, Mme Embourg a donc demandé à ce que soit écrit sur le gâteau "Heureux anniversaire" en Polonais ("Wszystkiego najlepszego" pour les plus curieux).

Le pâtissier, consciencieux, a suivi les ordres à la lettre et a écrit "Heureux anniversaire en Polonais" sur le gâteau. La mère, sidérée, a finalement pris en photo le gâteau et en a fait profiter tout le monde sur les réseaux sociaux.

 

Scandale chez Toys "R" Us, les jouets inspirés de la série "Breaking Bad" ne passent pas

Retour aux États-Unis avec cette fois une histoire de jouets peu conventionnels. La grande surface Toys "R" Us propose depuis quelques temps dans ses magasins, des figurines à l’effigie de Walter White et de Jesse Pinkman, les deux héros de la série à succès Breaking BadL’une des figurines est livrée avec "un plateau de cristal bleu" censé représenter de la méthamphétamine, la drogue vendue dans la série. Une autre figurine est équipée de la tenue nécessaire pour éviter les émanations toxiques lors de la préparation de la drogue.

Si cela peut prêter à rire, certaines personnes estiment qu’il s’agit d’un mauvais exemple pour les enfants. À l’instar de Susan Schrivjer, une mère américaine qui vient de lancer une pétition contre la vente de ces figurines, rapporte Le Point. "Tout ce qui a trait à la drogue n’est pas correct. Je pense simplement qu’ils devraient reconsidérer leur positionnement et leurs valeurs", explique-t-elle tout en reconnaissant être une grande fan de la série.

Publicité
De son côté, la chaîne de jouet a rappelé dans un communiqué que "l'emballage du produit signale clairement que les figurines sont à l'attention des personnes âgées de plus de 15 ans" et ont été placées dans l’espace réservé aux adultes.

Vidéo sur le même thème - Ebola : une fausse mise en quarantaine pour Halloween